L’empire des lève-tôt

Download PDF

Depuis ce 8 octobre, la « radio jeunes » de la RTBF, Pure FM, diffuse l’émission « L’avenir appartient à ceux qui écoutent Pure FM ». De quoi s’agit-il. De permettre aux auditeurs « lève-tôt » de bénéficier en primeur d’offres d’emploi. Un seul critère pour la sélection des offres est réclamé par la radio : ne pas exiger d’expérience préalable. L’initiative n’a pas enchanté les oreilles des Jeunes-CSC. Ceux-ci dénoncent une énième stigmatisation des demandeurs d’emploi. « L’emploi des jeunes devient une forme de loterie conditionnée au fait d’écouter ou non une émission de divertissement » 1, qui plus est, sur une chaîne du service public. Bientôt, à l’achat de deux bacs de Cara Pils, une offre d’emploi.

 

Pour grotesque que soit l’initiative, elle est symptomatique des préjugés anti-chômeurs. Il y a quelques années, Christian Wagner, le ministre de la Justice du Land de Hesse avait suggéré de « garder un œil sur les chômeurs » au moyen de « menottes électroniques », afin de leur réapprendre à « vivre à des heures normales ». 2 Certes, ces déclarations avaient suscité un tollé dans les médias allemands, M. Wagner avait dû faire machine arrière, prétendant que ses propos avaient été « déformés » et « mal interprétés ». Il n’empêche, ce dérapage, contrôlé ou pas, est révélateur du climat anti-chômeurs savamment attisé par les politiques et la presse. La doxa dominante a en effet réussi à détourner une bonne part de l’hostilité des travailleurs vers ceux qui n’ont pas le bonheur d’en avoir. Plus que les réels profiteurs, les professionnels de la rente, les boursicoteurs de haut vol, les tops managers surpayés, les stars de l’économie spectaculaire, ceux qui ne se lèvent pas tôt, parce que, très franchement, ils n’ont aucune bonne raison de le faire, suscitent la hargne des travailleurs.

 

Le prestige du grand matin

Si les récriminations des lève-tôt contre les lève-tard ne dit pas grand-chose sur la supposée paresse des demandeurs d’emploi, elles révèlent en revanche l’extraordinaire malaise des travailleurs, leurs frustrations. Si se lever tôt et travailler était réellement épanouissant, comme le voudrait la légende libérale, les travailleurs matinaux n’auraient aucune raison de se plaindre des travailleurs sans emploi. S’ils le font, c’est sans doute qu’ils détestent se lever tôt, mais qu’ « il le faut bien ». A voir les mines réjouies dans les trains ou les bus du matin, on se demande où les magazines santé unanimes ont trouvé que se lever tôt est bon pour le corps et pour le moral…

Ce serait même plutôt l’inverse qui est vrai. Se réveiller brutalement, de manière non naturelle, sous la contrainte d’un réveille-matin ou d’un autre facteurs extérieurs dérangeants, n’est pas très sain, perturbe les rythmes biologiques, suscitent du stress, etc. Et contrairement à ce qu’avancent beaucoup (et beaucoup d’« études »), l’heure du coucher n’a qu’une influence marginale sur la santé. Et pas dans le sens qu’on imagine. Les cycles de sommeil paradoxal sont plus longs le matin que le soir, il serait bon de ne pas se lever trop tôt. Si le sommeil du soir est « réparateur » pour le corps, celui du matin le serait pour l’esprit. Une étude menée en 2009 au Centre de Recherches du Cyclotron de l’Université de Liège (ULg) a comparé des sujets ayant tendance à se coucher tôt et se lever tôt (« du matin ») et ceux ayant tendance à se coucher tard et se lever tard (« du soir »). Les sujets de l’étude ont eu une tâche à effectuer 1h30 après leur réveil et 10h30 après leur réveil. Il n’y a pas de différence à 1h30 du réveil, par contre à 10h30 après leur réveil, on constate que ceux du soir ont plus de facilité à effectuer la tâche que ceux du matin, qui semblent avoir plus de mal à résister au sommeil…

Pourquoi donc cette obsession du matin et cette acceptation de normes contre-nature, qui fait passer les sans-emploi pour des feignants ? Bien sûr, c’est absurde, les chômeurs ne dormant pas plus que la moyenne (et probablement plutôt moins), mais certains, il est vrai, vivent « décalés » par rapport aux normes imposées par un travail fixe. Bien des emplois actuels ne justifient plus du tout des horaires précis, voire des horaires tout court. Mais on sait les employeurs plutôt frileux en la matière. L’aménagement des horaires de travail doit souvent faire l’objet d’âpres négociations. Et le télé-travail, qui permet au travailleur d’organiser lui-même ses horaires, n’arrive toujours pas à percer. Les « mentalités » n’évoluent pas si vite, dira-t-on. Le prestige du grand matin, s’il est quelquefois fondé en raison (profiter de l’ensoleillement, pour les métiers de plein air, par exemple), a surtout des origines religieuses. Le matinet est le meilleur moment de la journée pour adorer le Seigneur. C’est dans la Bible. 3 Et pour les organismes de placement, c’est le meilleur moment pour chercher du travail.

Notes:

  1. voir le communiqué des jeunes CSC datant du 8 octobre : http://www.csc-en-ligne.be/Actualite/Communiques/detail/PureFM.asp
  2. Les chômeurs de longue durée étaient comparés à des « drogués », parlant d’« accoutumance » à propos de leur situation sociale. Un parlementaire de la même région parlait lui carrément de « délinquance »… « Le Parisien », 30 avril 2005.
  3. D’autres exemples sur ce site évangéliste.
The following two tabs change content below.

Vinz Otesanek

Né à l'aube des années septante, dans une maternité art deco devenue plus tard un centre pour toxicomanes. Forte assuétude aux arbres, aux ruines et à la musique expérimentale. Souffre aussi de cinéphilie et parfois un peu du dos. A joué au football, s'est arrêté avant que ça devienne malsain. A étudié la philologie romane et la philosophie, ce qui n'a rien arrangé. A été militant associatif, chômeur, barman, bibliothécaire, traducteur, sous-titreur, administrateur d'asbl, animateur, sans biffer les mentions inutiles. Écrit pour D'une Certaine Gaieté depuis 2003, explorant le territoire de proche en proche, sur deux roues. N'a jamais eu de voiture, comme plus de 40% des Bruxellois. N'a pas non plus de smartphone.

Derniers articles de Vinz Otesanek (voir tous)

Il y a 8 commentaires

  1. Greg Pascon

    J’ai entendu la pub que Pure FM faits sur ses ondes pour l’émission : hallucinant!
    çà donne ceci :
    « on dit que les jeunes ne savent pas se lever tôt et si on prouvait le contraire : tout les jours dans snooze, tu pourras entendre un offre d’emploi en priorité. seule condition : se lever dés 6H30 »

    mais tu peux me dire pourquoi un chômeur se lèverais à 6h30… pour écouter Pure FM !?

    1. Greg Pascon

      Mais faudrait poser le question à ceux qui ont conçu le jeu.
      Je suis en train de me demander s’il ne serait pas intéressant de faire une petite interview d’économie politique avec Rudy Léonet et la présentatrice de Snooze (l’émission où le petit jeu de piste vers l’emploi-pour-jeune est organisé). D’autant que la réponse que le boss de Pure FM donne au communiqué des jeunes de la CSC l’enfonce plus qu’elle ne le sauve (enfin je ne vois pas comment il aurait pu s’en sortir avec une énormité pareille, à part en transformant le truc en blague). On peut la lire ici : http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20121008_00215379

      On y capte, encore une fois de plus, cette manière détachée avec laquelle des journalistes parviennent à parler avec légèreté – comme s’ils ne traînaient pas derrière leur propos des kilomètres de réseau conceptuel.
      Qu’est-ce que le travail? Qu’est-ce qu’un comportement adapté à la production? Qu’est-ce qu’un jeu?. Pour Léonet, c’est magnifique, toute ces questions ont été résolue une bonne fois pour toute : c’est cool!

      Du coup, plus la peine de bien expliquer comment la « goog music » va fabriquer le « good poeple » – pourtant, avec un jeu pareil, pas beaucoup de doute, dans les plans de Pure FM, il y a aussi modéliser les comportements.

  2. DF

    Être réveillé par une alarme est une torture quotidienne, tous les matins je rêve de me prendre un petit dej tranquille. Après je suis plus productif le matin que l’après-midi mais ça n’a rien a voir. J’aime être actif le matin, mais pas sous la contrainte. Merci pour l’article.

    1. Greg Pascon

      quand je lis un truc pareil, je me demande s’il ne faudrait pas faire une véritable enquête et aller carrément voir des mecs de l’état major de la N-VA pour leur demander s’ils ne pensent pas que des initiatives de ce genre pourraient permettre de re-façonner les comportements des jeunes francophones – qui ont une tendance problématique à l’oisiveté, c’est bien connu de l’état major de la N-VA.

Répondre à DF Cancel