Journal de Bord : Lutte et éthique

Download PDF

À l’occasion du Forum Social Mondial, notre journaliste sur place, Marta Luceño Moreno, nous livre quotidiennement son journal de bord. Troisième épisode : Lutte et éthique. 

 

Pour se rendre d’un atelier à un autre, les 50.000 participants se baladent un peu partout dans le campus. C’est dans ces moments que les organisations en profitent pour dénoncer les injustices. Au fur et à mesure que le Forum avance, ces manifestants font appel à des méthodes toujours plus choquantes afin d’attirer l’attention du public. Quand les tracts ne suffisent plus pour faire entendre leur voix, de nouvelles stratégies se développent : des funérailles simulées, des bleus de travail numérotés pour dénoncer les tortures, des enfants banderoles ou même des personnes massacrées… Tout est permis dans la dénonciation ?

 

Des affiches, des tracts et des photos inondent les ruelles de l’Université d’El-Manar. Mais face à cette énorme masse d’information les groupes réunis lors du Forum cherchent des moyens supplémentaires pour faire connaître leurs revendications auprès des participants. Ce matin (mercredi 28 mars ndlr) les activistes palestiniens ont reproduit des funérailles devant le regard stupéfait des participants du forum : la mise en scène consistait en un groupe de gens que portaient en haut une personnes enrobée dans un drapeau national avec son visage caché par un foulard, comme si elle était décédée, en criant à gorge déployée les horreurs vécues sur place. Un peu plus tard dans la journée des activistes tunisiens ont placé des robes de travail par terre numérotées pour dénoncer les tortures.

dos     una

Des activistes palestiniens, très présents dans ce forum, ont placé un drapeau israélien par terre pour que les participants puissent écrire ce qu’ils souhaitent. Evidement il ne s’agissait pas des messages « peace and love » mais plutôt des appels au boycott et parfois aussi des messages assez violents. Encore un autre exemple, celui des participants marocains pour  » un Sahara marocain » qui ont mis dans leur tente des photos de personnes agressées en 2010 (la manipulation de ces images a été sans doute un thème de conversation récurrent entre les participants qui ont suivi un peu l’affaire). De même, l’usage des enfants banderoles pour dénoncer la situation très grave des réfugiés du camps de Choucha en Tunisie a aussi été un sujet de discussion actif.

 

8    IMG_5261

Ce sont sans doute les scènes les plus choquantes, mais d’autres participants ont aussi eu recours à des moyens plus attirants qu’un simple tract. Les mini-manifestations de dénonciation se sont déployées un peu partout, comme celle des familiers des immigrants retenus à Lampedusa ou des Saharaouis qui demandaient l’autodétermination pour leur pays.

 

9 10

 

Deux derniers exemples pour finir, celui des graffeurs de la plateforme Zwewla qui ont inondé le site de l’Université de graffitis dans le but de protester contre l’arrestation de deux des activistes pour avoir peint des murs. Ils risquent 5 ans de prison.

 

4  tres

 

Enfin, la pancarte incroyable posée dans une tente : un collage de photos de Ché Guevara, Hugo Chavez, Gandhi ou Mandela les uns à côtés des autres et mélangés avec des personnages comme Bassar Al-Assad, avec un titre  au milieu qui dit : « Résistance globale » !

12    13

 

En tout cas, la communication et les méthodes utilisées pour attirer l’attention des participants ainsi que des médias reste un sujet peu touché lors de ce forum. Idem pour la question de la marchandisation de la résistance (des collants, des badges, des t-shirts) en vente dans chaque coin du forum. Pourtant, cela mérite de la réflexion plus profonde et plus critique envers le propre forum, les participants et le public.

 

The following two tabs change content below.

Marta Luceño Moreno

Il y a 4 commentaires

  1. Hélène Molinari

    Article vraiment intéressant qui mériterait, comme tu le dis, une réflexion plus grande ! Concernant l’affiche avec Bassar El Assad – je suis un peu interloquée – j’imagine que c’est de la pure provocation (parce que bon, entre lui et Mandela il y a un monde!). Est-ce que tu sais dire qui a eu l’initiative de cette pancarte ?

  2. Greg Pascon

    sinon, rien sur Kim Jong-Il comme réalisateur du socialisme réel?
    …pardon, j’ai pas pu m’empêcher.

    sinon, sérieusement, c’est toujours fascinant la composition de l’imaginaire de la gauche mondiale. Faudrait peut-être cartographier tout çà, un de ces jours (un projet de datalab?)

    1. RaF Pirlot

      Bon, moi plus que l’affiche kaléidoscopiques des résistants dans tous les sens et tous les temps, c’est le truc des « deux délégations » de la gauche syrienne l’une pro et l’autre anti Baass, qui sont les contre-révolutionnaires et vices et versa…
      Non, mais allo? Bachar est-il un tyran de gauche? Et le Commandante Chavez est-il direct monté au paradis? Est-ce qu’on attend qu’il y ait de vrais tués en live pour exhiber nos cadavres morts-vivants?

      En tout cas, Marta, merci pour tes reportages!
      On était nombreux au départ à se demander l’intérêt d’un tel dispositif, parce qu’on était pas loin de croire que la forme Forum Social était déjà dépassée et moribonde depuis un temps déjà.
      Mais quand on lit tes chroniques on se rend compte que c’était pas si mort et si nul d’intérêt que ça. Ce genre de rencontre est toujours traversée par des questions importantes, qu’elles soient originelles (éthique et propagande), ou qu’émergent fatalement des interrogations et des conflits dans l’air du temps.

      Mais bon, je pense fort que l’intérêt est quand même surtout du au contexte geo-politique -qui s’imposait, je veux dire de le faire au maghreb machreb – dans lequel le FSM s’organisait. Si le rassemblement s’était tenu à Oslo, Tokio ou Buenos Aires, peut-être ça aurait eu moins de sens, et aussi moins de retentissement, non?

  3. Marta Luceño Moreno

    @Hélène l’affiche était mis dans une tente des pro-assad. J’ai beaucoup parlé avec mes collègues ici sur l’usage de ces techniques pour attirer l’attention du public ainsi que l’attention des médias et sauf le cas des enfants-pancarte, la plus part son d’accord qu’ils peuvent utiliser ces méthodes car ce n’est que la mise en scène de leur réalité et c’est à eux tout seuls de pouvoir le faire, notamment le cas des funérailles palestinien. Après la question de la désinformation est souvent revenue et met en cause l’usage de certaines photos.
    @Greg, gauche et droit sont mélangés ici plus que je ne l’imaginais :/ , mais l’idée de faire une cartographie me parait excellente, notamment avec la naissance de tout un tas de nouveaux partis dans les pays post-revolutionnaires (qui sont d’ailleurs mis à l’écart de la vie politique à travers des pièges dans la loi électorale actuelle, ici en Tunisie.
    @Raf, merci 😀 Quant aux délégations pro et anti Assad ils ont fait couler beaucoup d’encre et de salive ! Ainsi que les délégations marocaines et saharaouis que ont arrivé même à la confrontation poussé. Sur la question de la Syrie, j’ai senti un peu le « tabbu » des gens à en parler largement, et à critiquer la délégation pro-assad. Le fait que le Forum se soit passé au Magreb a soulevé beaucoup des questions qui ne auraient un si grand place dans des autres régions du monde. Pour en finir, je voulais faire le point sur le dispositif « forum » : dans le dernier article je me pencherait sur cette question car tant les organisateurs que les participants se questionnent à ce sujet.

Répondre à Hélène Molinari Cancel