The Day That Margaret Thatcher Dies!

Download PDF

Indiscutablement, la baronne Margaret Hilda Thatcher a marqué l’histoire de son pays et du monde. Mais bon, ça ne veut pas dire grand chose de précis : et on va vous épargner les listes de ceux qui en ont fait autant au siècle passé… Alors aujourd’hui qu’elle « nous a quitté » – selon la formule consacrée – il va y avoir de la réaction qui tranche. Dans ce genre de circonstance, nous sommes-là pour aider les âmes émues, d’une manière ou d’une autre, à se soulager de ce qu’elles ont sur le cœur. Tout ce qu’elle ont sur le cœur… 

Pour certains d’entre vous, en guérissant les britanniques du socialisme, celle que vous appelez affectueusement « la dame de fer » a contribué à ramener toute l’Europe à la raison. D’ailleurs que ce cache-t-il derrière ce fameux acronyme TINA (There Is No Alternative) dont elle est la mère sinon le fait que la politique est une affaire d’intelligence et d’expert – et pas un truc à palabre infinie au parlement ou même pire sur les places publiques.

Aujourd’hui, vous êtes triste, vous avez perdu une sorte un phare dans la tempête : Miss Maggie, indéfectible alliée de Ronald Reagan avait quand même réussi à provoquer les prémisse de la chute du mur de Berlin – et tout ça en gardant un brushing toujours impeccable. Si ça ne force pas le respect…

Pour vous recueillir un long moment, nous vous proposons de ré-écouter la substantifique moelle de sa pensée politique :

Pour tout les autres, ceci pourrait vous aider à faire la fête (mais avec respect, hein… pour les mineurs du Yorkshire, par exemple) :

The following two tabs change content below.
L'entonnoir est un projet média de l'asbl "D'une Certaine Gaieté"

Derniers articles de l'entonnoir (voir tous)

Il y a 10 commentaires

    1. Oncle Milton

      mais bien sûr que si que vous en avez besoin! Jeune freluquet, va.
      D’ailleurs, dans une société idéale, il faudrait que vous soyez contraint d’écouter cette ode à la liberté…

    1. Augusto

      Mon cœur pleure et des larmes coulent (en dessous de mes lounettes noires).
      Que ces exultations de marxistes-léninistes et de supporters de foot cessent immédiatement!
      Ah, à mon époque, on avait du respect. Si je n’étais pas si mort, je t’emmènerais tout ça faire un tour en avion moi…

      1. Marta Luceño Moreno

        Vous savez à votre époque il y en avait du respect du capitale… pas des personnes! Et cela a bien coopéré à la création et récreation de ce monde pourri pour l’argent et le capital qu’on vis aujourd’hui… Marxiste-léniniste, supporteur de foot, anticapitalistes, altermondialistes… allez ! allez bruler la tombe de cette sainte du corporatisme et de l’économie sans visage !! Je répète ! Qu’elle pourris dans l’enfer !

  1. Maxime Janvier

    À l’heure où tout le monde aime se palucher sur « la crise » je comprends que les gens regrettent une femme qui avait « de la poigne ».

Répondre à Marta Luceño Moreno Cancel