Portraits

N’exagérons rien

N’exagérons rien

Selon la formule consacrée, Michel Antaki nous aurait quitté le 14 juin dernier. Lors de ses funérailles, il a été rappelé, fort judicieusement, combien le rôle que celui-ci a su endosser à merveille durant plusieurs dizaines d’années pouvait faire penser à celui du trickster, ce farceur capable d’apporter du réalisme aux mythes et d’offrir un contrepoint non seulement aux dieux mais également aux héros culturels. Et nous avons envie de penser que l’esprit du trickster est de toute manière fait pour nous hanter. À ce titre, il ne saurait jamais nous quitter.