Le Capitaine Hardrock lance la Journée Internationale du 9 janvier !

Download PDF

Aujourd’hui, 9 janvier 2014, près de 300 personnes se réunissent là où il sont pour la journée internationale du 9 janvier. L’événement a été lancé hier dans la journée et très vite les gens se sont inscrits, d’un peu partout dans le monde. C’est bien la preuve que quelque chose manquait !

« La journée commencera tranquillement en pleine nuit, connaîtra un pic d’agitation entre 6h et 9h du matin avec idéalement un petit déjeuner. Un repas aura lieu entre 12h et 14h et un autre entre 18h et 21h (selon les âges des participants). La journée pourra doucement se terminer avec un bon film, une série ou un bon livre et puis hop, au dodo ! »

Pourquoi avoir attendu autant de temps avant de se décider à créer une journée internationale du 9 janvier ? « Mystère », répond le Capitaine Hardrock, créateur. Nous l’avons rencontré sur facebook. « C’est comme toutes les grandes idées. Quand cette idée arrive on se demande pourquoi personne n’y a pensé avant, c’est la preuve qu’elle est bonne. Un peu comme le gars qui a eu l’idée de marcher à reculons le premier, maintenant tout le monde le fait mais quelqu’un a été le premier ! »

L’événement a lieu exclusivement sur Facebook. « Rien de prévu pour Twitter, mais tu peux administrer et créer un hashtag. C’est un évènement très ouvert et assez libre. »

Nous y avons vu un hommage à Liègetogether, le grand projet de city branding de la Ville de Liège. Mais : « Non. » Willy Demeyer, le bourgmestre, ne fera pas non plus de discours.

Un événement ouvert à tous et qui semble, pourtant, ne pas chercher la masse mais une certaine tranche de la population. « En réalité, j’ai constaté deux choses fondamentales. Un, Facebook a pris énormément d’importance, c’est devenu l’outil de communication N°1 pour pas mal de gens, qui l’utilisent pour la promotion de tout et n’importe quoi, mais ce qu’il faut savoir c’est que Facebook n’a aucune importance. Les gens peuvent dire qu’ils participent à des événements sans avoir la moindre envie d’y participer réellement, et en sachant qu’ils n’y participeront même pas ! Pour beaucoup, dire qu’on participe à un événement c’est comme y participer, s’identifier à la communauté qui y participe, alors qu’ils n’en font pas partie puisqu’ils ne participeront pas à l’événement réel. Et deux, j’ai l’impression qu’on crée des journées internationales pour tout et n’importe quoi (la sclérose en plaque, la femme, la gentillesse…)
. On mélange des femmes à des maladies ou des faits de société.
 Bref, il y a tellement de Journées Internationales que ça ne veut absolument rien dire.
 Je me suis dit que tant qu’à faire, autant dire que chaque journée est la Journée Internationale de la date du jour !
 Ça ne veut rien dire mais au mois c’est clair et sans la moindre hypocrisie. »

Avec rien, le Capitaine Hardrock fait beaucoup. Les participants de la journée internationale du 9 janvier semblent très enthousiastes !

« – C’est quand ? – Oui. – Tant mieux ! »

« Et en plus il y a la possibilité de laisser des Journées Internationales du Jeudi 9 Janvier 2014 suspendues pour les plus démunis. »

« Est-ce que la Journée Internationale du Jeudi 9 Janvier 2014 sera retransmise en streaming? »

« Y aura de la place pour tout le monde? »

« J’en ai parlé à mon poney, il est très intéressé. C’est possible ? »

« Je vais essayer, si mercredi ne dure pas trop tard… »

« Il faut réserver ? »

« Cherches 2 places! J’échange contre des vieux cookies tout mou et/ou une photo dédicacée par JM Pfaff. »

« Je revends une tasse de café en bon état, je peux poster une annonce ici ? »

« Pour l’occasion, je fais 10% supplémentaires (10€ + 1€ = 11€) sur des chocolats périmés chez Wattitude. »

« Il faut manger avant ou y’aura des chips ? »

« La journée démarre exactement comme c’était prévu. Bravo pour l’organisation! »

L’événement n’a besoin de rien, n’a aucun objectif, aucun sponsor et ne demande rien de spécial. « Il faut juste se contenter de passer d’un bout à l’autre de la journée. Attention, tout le monde n’y arrivera peut-être pas ! » Sans avoir jamais eu la prétention d’être utile, cette journée ne prend aucun risque de décevoir. En plus, c’est « comme marcher à reculons, c’est gratuit. » Et c’est déjà pas mal.

Envoyés spéciaux de là nous où sommes, en direct de la journée internationale du 9 janvier, Hélène Molinari et Gregory Pascon.

The following two tabs change content below.
Bourlingueuse du dimanche, exploratrice du quotidien, Wallifornienne à Paris.

Derniers articles de Hélène Molinari (voir tous)

There are 5 comments

  1. Keyser Söze

    Comme le disait si bien Jean D’Ormesson (ou les Snuls, je ne me souviens plus, je ne suis pas arrivé à le retrouver sur YouTube) : « de toute manière, dans 20 minutes, vous aurez tout oublié ».
    Encore une initiative médiatique de plus qui ne servira à rien. Aujourd’hui, tout les flash-infos, toutes les émissions de débat, tout les tweets, tout les statuts facebook, tout les journaux papiers commenceront en parlant du 9 janvier et demain, bin demain on passera à autre chose. Et voilà le problème : on fait du buzz, on ne s’attaque pas aux causes. Alors que tout le monde les connait (en plus).

    1. Jean d'Ormesson

      Je n’ai jamais dis une ânerie pareille : je suis pour (le devoir de) la mémoire!
      Et ce n’est d’ailleurs pas là seule chose erronée que vous dites :
      1/ le grand public a besoin d’être sensibilisé et informé. Il doit savoir qu’aujourd’hui, partout dans le monde, c’est le 9 janvier 2014. Parce que c’est un évènement exceptionnel qui ne se reproduira plus. Alors, de grâce, cessons cet hallali permanent contre les médias qui font leur travail.
      2/ Il y a une forme de populisme dans votre conclusion : non, « on » ne connait pas les causes, chez Monsieur. Si elles étaient connues, ça fait longtemps que les plus courageux et les plus lucides d’entre nous auraient réglés les problèmes. Alors, de grâce, cessons de donner de faux espoirs tout en jetant opprobre.

      Bonne fin de Journée Internationale du 9 janvier 2014 à tous.

      Jean d’Ormesson

Publiez vos réflexions