Des barbelés sur des idées

Download PDF

C4 Printemps 2014 | n° 220 | Dossier

Nous savions d’emblée que s’attaquer au thème de la propriété intellectuelle avait tout d’une entreprise risquée. Pourtant, après plusieurs reports, nous ne pouvions toujours pas nous résoudre à contourner ce problème, à faire comme si nous pouvions continuer d’écrire tranquillement notre dossier sans jamais l’affronter avec les moyens du bord. La question apparaît comme infiniment complexe et a acquis un caractère transversal. En 2014, elle semble se poser partout. Nous l’avons retrouvée dans les champs, où elle vient inquiéter les agriculteurs. Elle montre le bout de son nez, avec insistance, sur les réseaux télématiques, lorsqu’il s’agit de savoir à qui appartiennent les masses de données que nous générons, les contenus que nous rencontrons ou les programmes que nous utilisons – autant dire en permanence. D’ailleurs, nos téléphones intelligents impliquent une lutte rocambolesque entre les géants du secteur informatique. Nous mangeons des produits brevetés, utilisons des médicaments brevetés, employons des appareils composés de technologies brevetées, fredonnons des airs protégés par le droit d’auteur et portons des vêtements marqués. Du coup, la conjonction du lobbying des industries de la culture, de l’agroalimentaire, de la pétrochimie, des technologies de la communication et de l’information, du luxe ou encore du tabac, n’éprouve guère de difficultés à rendre crédible le discours qui désigne la contrefaçon et la « piraterie » comme des fléaux majeurs de notre temps. Ils auraient déjà détruit presque deux cents mille emplois dans l’Union européenne, feraient courir d’énormes risques sanitaires et propageraient l’insécurité jusque dans les jouets de nos enfants. Une argumentation construite en béton armé. Le récent blocage in-extremis de l’Accord Commercial Anti-Contrefaçon (ACTA) par une improbable coalition faite de militants de l’Internet libre, de paysans en lutte, d’ONG, d’écologistes ou encore du collectif d’hacktivistes Anonymous, nous a très clairement signifié que, si la question de la propriété intellectuelle se retrouve partout, elle constitue aussi un champ de bataille colossal. Nous avons tenté de l’explorer sans trop nous y perdre. ligne_horizon_sansnuage

Abonnement

« D’une certaine gaieté », rue des Mineurs 9-11 – 4000 Liège Tarif : 20 euros, 4 numéros par an Compte Belfius BE27 068 2282747 73 Communication : C4 + votre adresse postale

Où se procurer C4?

vous pouvez vous procurer le magazine aux prix de 5 euros A Liège asbl « D’une Certaine Gaieté » 9/11 rue des Mineurs 4000 Liège • Librairie Varia 8, rue des Mineurs 4000 Liège • Le Comptoir du Livre 20, En Neuvice 4000 Liège • Librairie Entre-temps 15, rue Pierreuse 4000 Liège • Librairie Livre aux trésors 27A, Place Xavier Neujean 4000 Liège • Librairie Gofflot 73, rue Maghin 4000 Liège • Librairie La carotte 73, Boulevard de la Constitution 4020 Liège. A Bruxelles, Boutique MaelstrÖm 364 Chaussée de Wavre 1040 Etterbeek • Bouquinerie La Borgne Agasse 30 Rue Anoul 1050 Ixelles • Librairie Joli Mai 29 Avenue Paul Dejaer 1060 Saint-Gilles • Librairie La Licorne 651 Chaussée d’Alsemberg 1180 Uccle • Librairie 100 Papiers 23 Avenue Louis Bertrand 1030 Schaerbeek Une politique de distribution dans le reste de la Fédération Wallonie-Bruxelles est en train de se mettre sur pied mais le meilleur moyen de lire le magazine et de soutenir sa démarche est bien évidemment de s’abonner!

The following two tabs change content below.
L'entonnoir est un projet média de l'asbl "D'une Certaine Gaieté"

Derniers articles de l'entonnoir (voir tous)

Il y a un commentaire

Publiez vos réflexions