Comprendre Raymonde – pour les nuls

Download PDF

Kén affaire! Donc hier, il y avait la grève « la plus générale depuis 30 ans » – selon les organisateurs. Et un truc « relativement modeste » selon Willy Borsu. Nous, tout ce qu’on sait, c’est qu’on connaissait pas grand monde qui était au boulot. Même nos potes « commerçants indépendants » faisaient grève… Donc hier, il y avait la grève « la plus générale depuis 30 ans » quand soudain,  la secrétaire générale du SETCa Namur a été propulsée au rang de star éphémère des massmedias locaux. Sonnez l’hallali, lâchez les chiens…

Dès le journal de la mi-journée de RTL-TVI, il n’aurait plus fallu parler que de cela : la boss du SETCa namurois a, selon le présentateur visiblement ému, fait usage « d’intimidation à l’encontre de commerçants qui tentaient de travailler ». Et il y aurait une preuve : une vidéo, sobrement qualifiée de « choc » en titraille de l’article mis en ligne par la rédac’ de la télévision commerciale privée luxembourgeoise à rayonnement international, montre la permanente syndicale en pleine action. Elle a été filmée par les journalistes de SudPresse, toujours au top de l’info.

On a regardé ces images « chocs ». Et qu’est-ce qu’on y voit au juste ? La mise à sac de Rome, la prise du Palais d’hiver, la Commune de Paris version SETCa? Non, on voit, pendant 58 secondes Raymonde qui entre d’un pas certes décidé dans un magasin de fringues de la capitale wallonne. Elle est suivie par une personne qui porte un bonnet de Père Noël et elle tient son sac de la main gauche. Avec une certaine énergie, de sa main libre, elle déplace une série d’articles pendant à des cintres, les faisant brusquement passer d’une tringle latérale vers les présentoirs qui se trouvent plus au centre de la surface commerciale. Quelqu’un, hors champs, lance un « il n’y a pas de caméra, au moins ? » et elle répond avec un « m’en fous ! » qu’on pourrait aujourd’hui qualifier de visionnaire…

Le déplacement de vêtements, jugé d’une violence inouïe par de très nombreux observateurs, concerne, d’après nos analyses, trois pantalons, cinq cardigans, trois chemisiers, quatre pulls et huit petits hauts. Nous avons réalisé cette estimation en regardant au ralenti les images (il y a une marge d’erreur de deux petits hauts et d’un cardigan parce qu’on voit mal ces passages-là). Aucun de ces articles n’a été endommagé. En conclusion : tout porte à croire qu’on est loin d’une forme de terreur révolutionnaire ou de l’expression d’une dictature violente du prolétariat. Certes, Raymonde fait preuve d’une certaine classe avec son sac à main, mais on ne peut pas dire qu’on assiste à un saccage. C’est juste un peu le carnaval, et ça reste résolument bon enfant comme expression d’un conflit politique.

Oui mais voilà : Raymonde a violé le tout nouveau sacro-saint droit au travail. Et en plus, l’air de rien, elle s’est attaquée à un truc limite divin : la marchandise. Dans dix jours, des hordes déchaînées viendront chambouler les rayons de ce magasin (où elle a fait son entrée remarquée) pendant plusieurs semaines, mais eux c’est pas pareil, ce sont des clients et il le font dans le cadre d’un rite orthodoxe appelé « soldes ». Raymonde, elle, c’est une impie, une barbare, une hérétique. D’ailleurs, on est carrément d’accord avec ce point de vue et c’est même pour cela qu’on a envie de déconstruire ici la méchante cabale montée contre elle.

On ne la connaît pas Raymonde. Et on n’a même pas (encore) pris contact avec elle. Mais si on s’en tient uniquement aux images de cette vidéo de 58 secondes publiée par Sudpress, Raymonde a fait exactement ce que sa fonction de responsable syndicale exige dans un contexte de grève générale. C’est filmé, elle motive son action : « par rapport aux autres, ce n’est vraiment pas correct que vous soyez ouverts« , dit-elle à la gérante.

Si on pense en se plaçant dans les conditions inhérentes au statut de Raymonde, au lieu de le faire selon le point de vue de la gérante, de la FEB ou de Willy Borsu, quelles hypothèses peut-on facilement formuler ? Que la responsable de l’enseigne L&L tente de maintenir « son » magasin « ouvert » quand tous ses concurrents, eux, ont dû fermer. Elle tente de tirer parti de la grève en raflant un max de parts de marché sur la journée. Si Raymonde laisse faire cela, ses affilié-es, celles et ceux qui bossent dans les autres magasins (fermés pour cause de grève) vont se retrouver dans une situation préjudiciable puisque leurs patrons pourraient leur reprocher d’avoir favorisé la concurrence. Si tout le monde est fermé, il n’y a plus de marché, il n’y a plus de concurrence, tous les patrons râlent, mais c’est gérable pour les affiliés que Raymonde représente.

Bref, bien joué Raymonde, t’as fait exactement ce qu’il fallait pour tuteller les intérêts stratégiques des syndiqués de ton secteur. Respect, t’es une bonne cheffe de guerre sur ce coup-là.

une médaille pour Raymonde

Alors pourquoi diable t’en prends-tu plein la tronche depuis hier, nous demanderas-tu?

Et bien, disons que ces dernières semaines, il y a eu un tout gros travail de comm’ et que, sans le faire exprès, ton entrée fracassante dans ce magasin namurois avait tout ce qu’il fallait pour construire un super storytelling sur le mode : « la dictature du syndicat contre le droit (des classes moyennes) à travailler« . On peut même expliquer comment ça marche. Il y a eu préparation du terrain avec des débats tous plus nazes les uns que les autres, et même des articles sur un hypothétique projet de loi foireux. Le but de la démarche est d’imposer un spin qui place dans un max de cerveaux l’idée que « limiter l’impact de la grève, ça n’a rien de politique, c’est pour défendre la liberté – c’est une question de ‘morale’ « . Ensuite Raymonde se pointe avec son sac à main chez L&L à Namur. Sudpress la filme. RTL-TVI répand l’indignation dans le peuple. Et là, on passe aux réseaux sociaux, en mode bashing. Cette phase débouche carrément sur une pétition en faveur d’une sanction contre Raymonde !

Et comme ça fait des semaines qu’on passe des heures sur toutes les antennes à tenter de convaincre tout le monde que le comportement de Raymonde ne doit pas être replacé dans le contexte d’une lutte politique mais qu’il illustre une question morale (« de respect des autres »), ça tourne au procès expéditif avec exécution médiatique à la clé. Et comme ce genre de trucs, ça prolifère très fort, Raymonde passe en trending topic local.

Du coup, on a droit à un second tour gratos (un peu comme quand on attrape la « floche » sur les carrousels à la foire) : tous les titres de presse mettent sur leur site un articles sur ce qu’on dit de l’affaire Raymonde sur la toile. Dans un improbable élan démocratique, certains publient des textes complètement délirants, sorte de collage de la pensée de BHL et d’un discours de vainqueur de The Voice, sous prétexte qu’ils sont l’expression d’une indignation populaire. Comme s’ils ne l’avaient pas patiemment construite depuis plusieurs semaines…

Bref, nous, avec la rédac de l’Entonnoir, on trouve que cette vidéo de 58 secondes fait honneur à Raymonde.  Et dans la foulée,  on a décidé de créer un large mouvement populaire pas du tout spontané pour libérer l’image médiatique de Raymonde, une working class hero made in Wallifornie.

Rejoignez-nous !

(enfin, si vous voulez bien…)

 

The following two tabs change content below.
L'entonnoir est un projet média de l'asbl "D'une Certaine Gaieté"

Derniers articles de l'entonnoir (voir tous)

Il y a 248 commentaires

  1. Cerfontaine

    A quand une pétition pour réhabiliter Raymonde ?
    Franchement, monter la tête des moutons alors qu’il y a des grévistes qui se sont fait foncer dessus par un type en Porsche, je suis indignée !!!

    1. Thibaut

      Je ne cautionne pas le fait d’écraser une personne que ça soit dit. Maintenant deux choses à répondre à votre commentaire : en quoi le fait de préciser qu’il s’agissait d’une porsche change quoique se soit? Si ce n’est que la personne responsable est (et a sans doute été) immédiatement jugée et connotée « richard » dès qu’il a été aperçu. Ca aurait été moins grave d’être écrasé par une twingo?

      Ensuite bien que la réaction soit disproportionnée, il s’agissait d’une réponse à une première agression… Raymonde a agressé la première. Et c’est là le point de discorde principale entre gréviste et non grévistes.

      1. CLEMENTL

        Je ne doute pas que RL ait agit en toute bonne foi, toute son attitude ultérieure le démontre: elle ne comprends pas ce qu’on lui reproche! Elle me fait penser à ces inquisiteurs qui pensaient sauver les âmes de leurs victimes en les torturant. C’est une pitoyable créature qui ne mérite même pas le mépris dont on l’accable. Pour le reste, l’article est un tissu d’inepties partisanes qui ne convaincra que les camarades de la dame…

    2. Guillaume

      ARTICLE RIDICULE !!!! Pris comme ça, je peux aller mettre le bazar dans son bureau ? Qu’est ce qui n’est pas correcte Raymonde? D’ouvrir pour essayer de gagner son gagne pain pour nourrir sa famille ou d’aller BALANCER (ET PAS DÉPLACER) des dizaines d’articles ? Votre comportement est scandaleux, vous faites honte à la Belgique et aux corps syndicaux (car oui, j’estime qu’ils sont importants aussi!). Votre droit de grève n’est pas plus haut que le droit de travailler, j’aurais plutôt tendance à dire l’inverse… sur ce, bonne continuation à vous qui ne s’annonce guère brillante ! Scandaleuse femme que vous êtes. Vous devriez avoir honte.

        1. John Roland

          Oui, le droit au travail existe.
          Selon Wikipedia:
          « Le droit au travail est l’un des droits de l’homme proclamé à l’article 23 de la Déclaration des Nations unies de 1948 : « Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. » »

          1. Dan J. Williams

            Vous confondez le droit au travail pour lequel les partenaires sociaux comme Raymonde se battent et dont des milliers de chômeurs souhaiteraient bénéficier.

            Et le droit au travail pendant une grève qui lui n’existe pas ce qui a bien été rappellé par les récentes décisions de justices.

            En effet, comme l’ont rappellé les juges, il deviendrait impossible de faire la différence entre les travailleurs volontaires et les travailleurs soumis à des chantages sociaux (non renouvellement du stage, du CDD, suppression d’une prime, détérioration du climat de travail, licenciement …).

            Le droit au travail pendant une grève n’existe pas contrairement au droit d’exercer une pression sur ceux qui l’oublierai (les piquets de grève) par des délégués légalement protégés.

          2. vinz

            La Charte des Nations unies consacre le droit d’ « avoir un travail » et non de « se rendre à son travail », une « nuance » complètement passée sous silence ces derniers jours…
            Renvoyer dos à dos « droit au travail » et droit à la grève n’a strictement aucun sens, ils ne sont tout simplement pas sur le même pied. Les textes internationaux définissent la grève comme: 1) s’abstenir de travailler, et 2) faire pression de manière collective. C’est un droit collectif (et non individuel, auquel voudrait le ramener les libéraux), qui passe par des actions comme les « piquets » ou le blocage de la circulation. Le « droit » de circuler, avancé par certains bourgmestres ou entrepreneurs, n’est d’aucun effet contre celui de la grève. Les magistrats ne s’y laissent (plus trop) prendre, qui refusent de se prononcer et se déclarent incompétents lorsque des patrons cherchent à instrumentaliser la justice pour casser des piquets de grève (comme encore dernièrement). La légitimité de la grève (et donc de ses actions, pour autant bien sûr qu’elles ne dégénèrent pas en voies de fait) se mesure davantage au contexte social: tous les recours ont-ils été tentés, etc. C’est une question de circonstances et proportionnalité eu égard au climat social. Le geste de Raymonde, si certains le jugeront « incorrect » (appréciation subjective, extra-juridique), n’a donc rien d’hérétique par rapport au droit. Il s’agit de « pressions » exercée sur un commerçant dans un contexte de concertation sociale bloquée.

      1. André

        Mais pourquoi, diable cette « affaire Raymonde » prend t-elle des proportions aussi importantes. Qu’est-ce que c’est que tous ces gens qui font leurs vierges effarouchées lorsqu’une personne balance quelques vêtements et essaie de faire appliquer un principe de solidarité alors qu’ils ferment soigneusement (prudement ?) leur petites gueules devant des dockers anversois qui ont fait 100 fois pire. On a à peine parlé des voitures cramées et des policiers envoyés à l’hosto.

  2. Bastien

    Dites, il est bien mignonnet votre article mais il est très mal renseigné. Sainte Raymonde est connue des commerçants namurois pour ces méthodes digne de… Non, je dois éviter le Point Godwin, pardon…
    Bref, ces « 58 secondes » ne sont pas les 1ères, ni les pires, puisqu’elle savait qu’elle était filmée. Demander au commerçants namurois… Enfin, ça demande de s’investir un minimum afin de publier un article crédible car documenté, et d’accepter de se remettre en question.
    Et puis, Sainte Raymonde, elle était fortiche le 1er décembre dernier pour faire fermer toutes les boutiques du centre de Namur, mais faut qu’elle se ménage, parce qu’elle avait l’air toute flapie quelques minutes plus tard, affalée à la terrasse d’un café. Faut qu’elle pense un peu à sa santé hein !

    Ah, et tant qu’elle y est, qu’elle pense aussi que chacun est encore libre de faire ce qu’il veut. Que ça vous dérange, que ça vous révolte, que ça vous choque, peu importe. Si j’ai envie de travailler, je travaille. A moins de prendre le pouvoir de force (vous connaissez, ça, la force) et de créer « Les Etats de la Pensée Unique FGTB Setca », chacun est encore libre de ne pas être d’accord avec vos idéaux, vos méthodes, vos actions.

    Enfin, vouloir discuter calmement avec un syndicaliste, c’est un peu comme pisser dans un violon : ça ne sert à rien. Je retourne donc compter mes billets, sale nanti de droite que je suis !

  3. turlututu

    Je sais que c’est mal de juger les gens sur leur physique mais en même temps quand on voit sa panse, c’est sûrement pas la première à souffrir de la crise, idem pour les autres hauts représentants syndicaux qui touchent des salaires faramineux… Ces gens et ces méthodes staliniennes pour nous défendre ? Non merci sans façon…

    1. christine

      avant de juger les gens sur leur physique, renseignez-vous correctement! vous ne connaissez rien de sa vie ni de sa santé! si on doit condamner ts les gens obèses, plus de la moitié de la population mondiale doit être exterminée??? autant de haine gratuite et de considérations purement subjectives et aléatoires pour un acte somme toute légèrement déplacé…la presse participe très largement à ce lynchage puisqu’elle qualifie son geste de saccage et de violent! mais franchement menacer une personne de mort et la traiter de ts les noms en la comparant à Hitler …n’est ce pas plus violent? Honte à vous tous qui jugez sans savoir et qui canalisez votre haine sur une seule et mm personne! certains ont agressé violemment un jeune à l’unnif de liège hier mais ça on n’en a parlé que 2 min et puis basta…pas de pétitions, de menace ou autre?

    1. Halligarn

      Moi, je remarque que quand vous essayez de discuter avec certaines personnes, elles n’entendent rien.

      Et quoi, vous restez comme ça, à tenter de trouver d’autres mots en sachant que ça n’aura aucun effet sur eux ?
      Bref, parfois, frapper, ça fait du bien.
      Un type vous agresse en rue pour votre look et veut vous casser la figure. Vous tentez de parler ? Il ne va pas vous écouter, vous finirez le nez cassé sur le trottoir.

      Si vous le frappez et que vous le maîtrisez, là, il vous écoutera. Ou en tout cas, il sera bien obligé de changer de tactique.

      Bref, parfois, c’est nécessaire, et que ce soit clair, je ne veux pas parler de l’histoire de l’article à laquelle je suis neutre et sans opinion, mais je veux dire que parfois, faire preuve d’action pour qu’on vous écoute est nécessaire.

      1. Gaet

        Ouais somme toute quand on veut imposer son opinion à quelqu’un qui n’est pas d’accord avec vous il ne reste plus que ca: la violence ou l’intimidation. Bien vu! Moi je suis d’accord avec, parce que sinon, je vais m’en prendre plein la gueule. Déjà que je suis pas costaud. Si si, vous avez raison!

  4. Disons

    analyse décalée assez juste quant à la manipulation orchestrée par certains médias. Un point à soulever également: la réelle indépendance de gérante vis à vis de sa chaîne. Une analyse du statut plus que bancal du franchising

  5. Bruno

    Beaucoup affuble une dame de « saccager » un magasin d’une chaîne de vêtements parce qu’elle lance deux, trois chemisiers sur d’autres piles de textiles.

    Combien de gens font-ils cela acharnés lorsqu’ils veulent obtenir leur précieux en période de soldes. Périodes qui elles ressemblent vraiment à du saccage après les premières tornades consuméristes à l’appel des moins 70 pourcents.

  6. Sacha

    Il y a un truc que vous ne comprenez pas, ce n’est pas le geste en lui même qui est dérangeant, mais bien le message qu’il y a derrière. Et même si ça semble ridicule, cela montre un irrespect total envers les autres. Autre chose, concernant les gréviste qui se font renverser, c’est abominable, c’est certain, mais j’ai envie de dire, qui s’y frotte s’y pique. pourquoi les gens s’étonnent de se faire renverser, il faut pas faire chier, on n’empêche pas de se déplacer librement à point c’est tout. Chacun son combat

  7. malou

    Je signe la pétition de réhabilitation de Raymonde dès qu’elle sortira! Vas y Raymonde relève la tête. Sur les réseaux sociaux ils n’y a pas que des moutons aveuglés par des médias corrompus !

  8. Perry

    Vous écrivez bien pendant que vous insultez l’intelligence des personnes qui n’acceptent pas les comportements fascistes de cette dame. C’est vrai, elle a juste balancé quelques robes sur les tringles. Personne n’a dit qu’elle avait menacé de tuer la famille de cette petite madame qui essayait de faire son job. Il n’empêche que le résultat est là, elle a fait fermer un magasin sous la menace de violence, même si « petite » violence.

    Une bonne chef de guerre? Ce genre de comportement allait évidemment être mis en avant, et elle le savait. Donc non. Les anti-grévistes n’attendaient que ça, elle le savait et donc de la part d’une responsable, c’est une erreur stratégique. Tout un combat résumé en un acte idiot. C’est triste, c’était à prévoir, et c’est de sa faute. Car maintenant, on est tous en droit de se demander si les commerçants qui ont fermé l’ont fait par solidarité, par peur de se voir saccager leur magasin, ou directement sous la menace comme cette dame?

    Faire la grève, c’est refuser de travailler. Bloquer les routes et mettre tout plein de monde dans la mouise pour donner de l’emphase à son combat, le débat est ouvert (et malheureusement trop rarement modéré). Par contre, rentrer dans une société et dire « si vous n’acceptez pas de suivre le mouvement, on vous force à le faire », c’est selon moi du terrorisme. Toute proportion gardée.

  9. Thibaut

    En fait le gros problème de dialogue entre les pro-gréves et les anti-grèves c’est que les pro-gréve n’arrivent pas à intégrer le fait que bloquer des gens à un piquet ou forcer quelqu’un à fermer est perçu comme une agression par ceux qui ne partagent pas vos opinions.

    Je ne crois pas que Aung san Suu Kyi ait décidé d’enfermer des gens pendant 10 ans en résidence surveillée pour plaider sa cause… Elle a plutôt tenté de faire naitre de l’empathie aux personnes qu’elle cherchait à convaincre.

    Ca pourrait être une bonne piste à creuser pour les personnes qui cherchent à faire passer un message. Empêcher les gens de travailler, parfois violemment (voir l’université de Liège entre-autre) et les traiter de mouton aidera-t-il à rallier des sympathisants? Moi je ne pense pas mais apparemment les syndicats pensent que oui. C’est dommage, ils perdent la guerre de l’image sans que les ministres n’aient rien à faire, au lieu de se battre pour certaines des bonnes idées qu’ils ont.

    1. vinz

      « Convaincre est infécond » (Walter Benjamin).
      La « guerre de l’image », ça fait belle lurette que la gauche l’a perdue. L’hégémonie culturelle à la Gramsci, c’est fini, place aux relations publiques.
      L’univers de connivence (intellectuelle et symbolique) qui lie les professionnels de l’image (les journalistes) aux dépositaires de la doxa dominante n’est pas près d’être sérieusement mis en question.
      Et sûrement pas à coup d’icônes birmanes. Autant faire visionner un épisode des Barbapapa à Jan Jambon.

  10. Laurent

    Ce ne sont pas les actes mêmes qui me dérangent le plus. Dites-moi plutôt sur quel texte de loi elle se base pour obliger la gérante à fermer son magasin. La grève est un droit (fondamental à mon avis), pas une obligation. Agir de la sorte sert tout juste à faire perdre beacoup de crédibilité aux syndicats.

  11. steve

    Désolé, mais pour ma part la plupart de mes connaissances travaillaient elles !!! Mon facteur est passé et le supermarché a coté de chez moi ainsi que de nombreux commerces à Bruxelles étaient ouvert … donc il s’agissait d’une petite grève … Comme de très nombreux sondage le prouve la makorité de la population est contre ses grèves !!! A lire votre article, on comprend très vite votre mouvance politique … Enfin soit …

    1. Ben

      Je n’ai pas de porsche et je suis intermittent du spectacle. Pas de patron pour moi, je travaille seul et personne ne m’y oblige. Si je ne bosse pas, je ne reçois rien. Vous croyez quoi à la fin ??? Que le pain va vous tomber tout cuit dans la bouche ??? Je gagne ma croute et tout ceux qui m’en empêcheront n’auront pas intérêt à rester en travers de mon chemin croyez moi. Les clown du genre de cette bonne femme ont bien leur place au bistrot qui lui reste ouvert pour qu’elle puisse boire sa pils hein ?! Ah mais oui c’est vrai eux ils bossent pas !

  12. JIM

    Donc il a fallu quelques lignes sur ce bloc pour tentez de justifier l’injustifiable. Alors oui il y disproportion et elle n’a rien saccagé du tout…mais que dire alors des autres cagoulards ayant eux saccagés l’ulg et crevés des pneus?

    Dans le cas de Raymonde, elle est victime et coupable, victime d’être le bouc émissaire d’un mouvement dont beaucoup ne veulent plus et, en tout cas, plus de cette manière. Victime encore de son apparence de bonne grosse syndicaliste qui après l’immense effort ayant consisté a jeter des vêtements….se retrouve a une terrasse de café que ses amis sacs poubelles ont oubliés de fermer.
    Victime de son syndicalisme d’un autre âge et enfin victime de cette dialectique ringarde du camarade a toutes les phrases.
    Coupable d’avoir été d’une infinie bêtises, coupable d’utiliser l’intimidation et une forme de violence, apanage des faibles n’ayant pas su convaincre.

    Coupable d’un manque TOTAL de respect pour les gens n’ayant pas son opinion, coupable de ne pas être capable d’admettre qu’elle oui elle…ne détient peut être pas la vérité absolue.
    Bref Raymonde a été la reine absolue des idiotes et les petits moutons derrière, qui se sont cachés très vite, ne valent pas mieux.
    Alors oui elle déguste Raymonde, elle ramasse(sauf les vêtements) et elle n’ a pas fini de payer les pots cassés.
    A l’heure ou j’écris ces petites lignes le groupe FB contre elle est a ….6000 personnes.

    Heureusement pour Raymonde, le goudron( assez pour refaire l’axe Liège-Charleroi) et les plumes( beaucoup de plumes) ne sont plus d’actualités.

  13. Olivier

    Total soutient à Raymonde. Donc, je signe l’hypothétique pétition quand elle se réalisera.
    Petite rectification de l’article : la vidéo dure 59 secondes. 20 secondes de «  » » » » » » » »saccage » » » » » » » » » de camelotes et 39 de discussions et d’explications sur la grève.

  14. Fab

    Le saccage était mineur, en effet. Mais l’intimidation, qui plus est en groupe, était bien réelle. C’est écœurant de lire un médium défendre l’intimidation en groupe. Ce sont des méthodes dictatoriales, fascisantes. Peu importe que vous le niiez, peu importe que vous en riiez, les faits sont là. Voilà à quoi ressemble un piquet, un barrage filtrant ou pas, une déléguée en campagne…

    1. Greg Pascon

      Est-ce que vous allez poster ce genre de commentaires sur les articles du Soir et de la Libre ou encore de la RTBF qui reprenne des propos de, au hasard, l’OCDE ou du FMI qui disent que la Belgique doit continuer « les réformes » (sous peine d’attiser la colère des marchés)?
      Je demande parce que cela aussi, c’est clairement de l’intimidation de groupe (défendue par des médias)…

    1. christine

      si vous regardiez attentivement les photos, vous verriez qu’il ne s’agissait pas du mm jour!!!!! certains ont profité pour balancer des autres photos et jeter le trouble mais ce n’est pas après la grève et elle ne se « bourre » pas la gueule comme certains semblent le dire ….elle est juste fatiguée et victime de son physique ….

      1. Bastien

        Cette photo date de la grève tournante de Namur. Soit le 1er décembre 2014. Et cela ne change rien dans les faits : ce jour-là, elle a aussi joué les tyrans dans Namur avant de s’affaler en terrasse. Allez donc faire un tour dans Namur et demandez aux commerçants de la ville, ils confirmeront tous.

  15. Thomas

    Le simple fait de partager sur son mur un article intitulé comprendre Raymonde pour les nuls montre son mépris des autres! Il sera tant que cette dame jette l éponge avant de connaitre un vrai soulèvement des gens. Je ne suis pas sûr que tout le monde appréciera le tas de conneries et le mépris présent dans cet article !

    1. Greg Pascon

      Il n’y a aucun mépris. Il y a toute une collection de livre « pour les nuls », il manque celle sur les luttes politiques. L’un des principes actifs du néo-libéralisme, c’est de dissoudre la politique dans la pédagogie, après 35 ans de libéralisme, on est tous un peu nul en politique…

      1. JIM

        etes vous son avocat ou un sbire payé par la fgtb ou le ptb pour expliuquer aux gens a quel point l’attitude de cette femme est correcte? Vous nous expliquez pour l’ulg? Même commission paritaire que hm surement….

        1. Greg Pascon

          (on peut sans doute vous expliquer l’Ulg, laissez nous un peu de temps 🙂 )
          Nous (à l’Entonnoir) ne sommes le sbire de personne. Nous croyons simplement qu’il faudrait arrêter de faire croire à ses concitoyens qu’il n’y a pas de conflits politiques (violents). Et on ne parle pas de ceux qui amène à des déplacements de fringues.
          Votre réaction n’est pas plus neutre que notre article, nous assumons notre position et vous proposons d’assumer la votre.
          Il nous semble que cela est un prérequis pour un débat démocratique (qui ne sera pas serein, mais on s’en fout, le calme, ce n’est pas l’objectif).

          1. JIM

            Pourquoi? Vous avez besoin de temps pour justifier le saccage d’une univ? Vous avez une raison sortie de dieu sait ou a nous sortir? Ou tenterez vous une fois de plus par la dérision de défendre l’indéfendable. Vous savez assumer sa position est un honneur en général…reconnaître ses erreurs c’est encore mieux.

  16. Jean-François Rasschaert

    En tout cas, pendant qu’on discute de la « violence » de Raymonde, on ne parle plus de celle du gouvernement Michel 1er, ni de celle de son prédécesseur, le gouvernement Di Rupo 1er (je pourrais remonter encore plus loin). Cette violence – qui paraît beaucoup moins impressionnante que celle de Raymonde, mais qui l’est bien plus – c’est de jeter des milliers de personnes dans la précarité, c’est de vous faire travailler jusqu’à 67 ans. 67 ans, vous imaginez ? Perso, j’estime que je ne suis pas sur cette Terre pour bosser toute ma vie dans le cadre d’un emploi. Mais bon, là, je m’oppose à la valeur « travail » qui a bien colonisé nos esprits… Le problème des pensions n’est pas un problème de l’allongement de la durée de vie, mais de répartition des richesses et de justice fiscale. Je suis toujours sidéré de voir qu’il y a encore des gens qui prennent le parti de nos gouvernants qui nous annoncent qu’on n’a pas le choix, qu’il faut sabrer dans les acquis sociaux, mais que par contre, on ne peut pas aller chercher de l’argent dans la poche des riches. J’organise des conférences sur ce genre de sujets et il y a quelques jours, un conférencier nous donnait sa théorie de la croissance : c’est un concept qui a été inventé pour éviter à ceux qui ont un patrimoine de devoir le partager puisque nos salaires ont jusqu’ici été payés avec une part de la croissance. Maintenant qu’elle est en panne, devinez qui doit renoncer à ses « avantages » ?

    1. Thibaut

      Là dessus je suis d’accord avec vous… mais est-ce utile que je vienne vous foutre une gifle car quelqu’un d’autre m’a donné un coup de poing?

      Moi je ne crois pas mais chacun à sa méthode…

  17. Jacques

    Pour Raymonde, il y a d’autres photos ou l’on voit des vêtements jetés à terre et dans son cas, cela démontre l’adage: « qui sème le vent récolte la tempête » ! ! !
    Regardez aussi au Sart Tilman ce que les « gentils » grévistes ont fait.
    Tabasser des étudiants, crever les pneus, saccager les locaux.
    Merci syndicalistes, vous défendez superbement le petit peuple.
    La nuit de cristal, cela ne vous dit rien ?
    Violence et intimidation, c’est cela la démocratie ? Cela ressemble plus aux agissement des milices nazies d’avant guerre.
    Les syndicalistes, eux s’en prennent à 20 contre 1… quel courage !
    Et qui va payer pour réparer les dégâts sur les voiries dont le bitume est brulé par les pneus en flamme.
    Ben c’est nous les gens qui payons des impôts.

    Parait qu’elle pleure maintenant d’après son mari, la Raymonde, j’en suis très triste pour elle…

    1. Greg Pascon

      Je crois qu’historiquement, la nuit de Cristal est arrivée après qu’on aie démonté les mouvements syndicaux de gauche et tabasser les grévistes. Non?

      1. CLEMENTL

        Lisez les historiens sérieux et vous verrez que les milices communistes de l’époque agissaient de même. La violence n’est malheureusement pas l’apanage d’un seul camp.

          1. CLEMENTL

            Goguenard hein ? Ce que je veux dire c’est que l’erreur stratégique du Komintern en exagérant les désordres -et pas seulement en Allemagne mais dans toute l’Europe de l’Est-en vue d’un Grand Soir à poussé les classes moyennes dans les bras des nazis en Allemagne et dans des régimes dictatoriaux ailleurs. Même démonstration pour le Chili et le rôle du MIR ou de l’Espagne de la République. Toutes proportions gardées, le rôle de contre pouvoir de nos syndicats est trop important pour que leurs Directions cautionnent les débordements actuels de zozos. Il faut inventer d’autres méthodes que celle de faire ch…

  18. Jacques

    Paru ce jour!

    Des articles invendables

    On a appris que le magasin H&M de Namur a également été visité par Raymonde. Sa gérante a porté plainte mardi soir. Elle explique qu’avec trois autres syndicalistes, elle a jeté par terre tous les vêtements qui se trouvaient sur une table, avant de marcher dessus. Des articles seraient même invendables, selon la gérante qui s’est exprimée dans les colonnes de SudPresse.

    1. Greg Pascon

      on prend aussi ces témoignages là!
      Si Raymonde c’est attaqué à une multinationale (en plus), je crois qu’on va finir par faire devoir faire des tie-shirts avec son effigie 😛

  19. Jacques

    Si ce n’est pas de la violence, c’est quoi ?

    La commerçante voit entrer une bande (ils viennent toujours à plusieurs c’est évidemment moins risqué de s’en prendre à plusieurs que de venir seul, pour moi cela s’appelle lâcheté) puis on peut constater l’usage de violence verbale de la part de Raymonde pointant un doigt « menaçant » vers la commerçante, tient, c’est tout à fait comme Laurette lors de ses crises d’hystérie à la chambre.
    Elles ont participé aux mêmes jeux de rôle au Setca et au PS.

    Les syndicats n’ont jamais créé 1 seul emploi sauf pour y placer leur petits copains et copines, cela s’appelle népotisme.

  20. Syl

    Alors non, ce geste n’est pas excusable, pas plus que de mettre le feu à côté de la centrale de Tihange, ni même d’obliger des chercheurs à quitter leur laboratoire à Sart Tilman ou encore de saccager les locaux de l’ULg en y dévidant des extincteurs et en obligeant les personnes présentes à partir afin d’éviter de gros dégâts.

    Tout comme il n’est pas excusable que des automobilistes aient blessés des grévistes en essayant de forcer des barrages.

    Mais s’il vous plait, un peu de bon sens …
    Je ne comprends plus mon pays, mes concitoyens.
    Que les syndicalistes se battent pour leurs convictions, OK, mais pas qu’ils les imposent aux autres.
    D’autant que de semer un tel chaos social et humain pour des lois qui ont été votées bien AVANT l’arrivée du nouveau gouvernement, ce n’est pas montrer une belle image de notre pays.
    Peut-être aurait-il fallu réagir avant et ne pas attendre si longtemps ?

    Pour ce que j’en dis …
    Bonne fin de journée à tous, je retourne à mes obligations.

  21. Ka

    Moi c’est surtout le titre de votre article qui me gêne et les sous-entendus « discrètement’ disséminés tout au long de ce texte ainsi que dans la plupart des messages des « pro-grève ».

    Oui, ce qui m’énerve c’est que, selon eux (et vous apparemment), il y a d’un côté ceux de gauche, les syndicalistes, les grévistes, etc. qui ont tout compris et qui tentent de sauver la petite Belgique prisonnière du méchant Charles Michel lui-même sous le joug de l’affreux De Wever….et, de l’autre côté, les moutons, les gens stupides qui sont aveuglés, qui n’ont rien compris au complot qui se déroule sous leurs yeux, ceux qui n’osent pas faire grève mais qui profiteront des avantages pour lesquels vous vous « battez »…ou pire les nantis qui roulent en porsche et qui sont bien content d’enterrer les pauvres pour se faire plus de sousous!

    Mais sachez qu’il existe aussi des gens qui sont d’accord avec le gouvernement en place ou du moins qui sont d’accord de lui laisser faire ses preuves…et non ça ne signifie pas que papa me donne 50 euros d’argent poche par semaine et que j’aurai une voiture pour mon prochain anniversaire…Je suis une personne lambda qui croit en le gouvernement actuel et qui a très bien COMPRIS le geste de Raymonde mais ne l’excuse pas.

    1. Greg Pascon

      Je crois qu’à l’Entonnoir, on reste profondément démocrate. Vous défendez les politiques d’ajustement structurelles prônés par Michel 1er, c’est votre droit. Mais le notre (dans le cadre d’un débat démocratique) et de vous demandez d’arrêter de nous dire qu’il faut laisser à ces politiques le temps de faire leurs preuves pour commencer à assumer (politiquement) les conséquences qu’elles ont déjà eue dans le monde (Argentine, Afrique du Sud,…) et, plus récemment, en Europe (Grèce, Portugal,…).
      Pour le dire autrement et plus précisément, après plus de 30 de ce genre de politique, continuer de venir nous raconter qu’elles sont mener dans l’intérêt de tous, c’est mentir et/ou se foutre de notre gueule.

      1. Jacques

        vous dites: « Je crois qu’à l’Entonnoir, on reste profondément démocrate. Vous défendez les politiques d’ajustement structurelles prônés par Michel 1er, c’est votre droit. Mais le notre (dans le cadre d’un débat démocratique)  »
        mais ce gouvernement EST DEMOCRATIQUE car il a 85 sièges sur 150 et a obtenu la confiance.

        Evidemment si vous l’estimez illégitime puisque le PS (le parti du népotisme affirmé) n’en fait pas partie c’est oublier que di rupo lorsqu’il était 1er sinistre a multiplié les taxes et a creusé la dette de l’état, que Onkelinx lorsqu’elle ne pose pas à poil ou fait des crises d’hystérie à en mouiller sa chaise au parlement réussi à placer son ex mari comme commissaire du gouvernement bruxellois à la STIB !

      2. JIM

        Oui enfin t es bien gentil mais dans ta liste…même si on ne va s’étendre sur les raisons pronfonde de la crise…mais nous pourrions ailleurs…Le seul gouvernement un poil a gauche à l’époque est l’ANC en afrique du sud…tous les autres étaient clairement de gauche. Donc relativise. En grès personne n’a obligé les socialistes a écouter Goldman Sachs;)
        Papandréou socialiste
        Socrates socialiste
        Cristina Fernández de Kirchner centre gauche
        alors moi je veux bien mais c’est pas trop a droite pour le coup

  22. Ledieu Pascal

    Mais enfin Raymonde ! Comment as-tu pu faire montre d’une telle violence ? Je tiens à ce que tu saches, que plus jamais je ne serai impressionné par les images, d’enfants qui meurent de faim, des hommes abattus comme des chiens un peu partout dans le monde, depuis que je t’ai vu à la télé…. Ceci dit, ne change rien ! Mais la prochaine fois choisis un magasin de chaussures, sinon on va te taxer de récidiviste…

  23. Cidrolin

    J’aime bien cet article. En revanche, la manière assez psycho-rigide de foutre le b…l en refusant la discussion, ça me rappelle vaguement quelqu’un. Mais qui ? En tout cas, Raymonde, si elle veut devenir première ministre, elle a toutes ses chances.

  24. Cidrolin

    La prochaine fois, plutôt que Raymonde, si on envoyait des chômeurs envahir les magasins ouverts? Au nom du sacro-saint droit de travailler, naturellement…

  25. RAT

    le droit de travail existe au meme titre que le droit de grêve. Donc pourquoi emmerder les gens qui veulent travailler?????
    Et de toute façon, cela ne changera absolument rien au fait que les lois vont quand meme passer.

  26. pauwels christiane

    Oui mais, le problème est que Raymonde avait aussi déjà mis par terre des vêtements chez H&M et peut-être d’autres magasins! ça change tout!

      1. Bastien

        On sent que vous êtes tout à fait neutre hein. M’enfin, c’est bien, profiter du buzz tant qu’il est tout chaud, votre petite page internet retombera dans l’oubli une fois le soufflé retombé. C’est votre quart d’heure de gloire, profitez-en 🙂

  27. Alex

    Je ne suis pas du tout d’accord avec l’article.
    Il est clair que c’est vite monté en épingle pour quelques vêtements éparpillés. Mais derrière l’action, il y a la signification.
    Pourquoi aller éparpiller des vêtements pour se faire remarquer, avant d’aller voir la gérante pour demander la fermeture? Et d’ailleurs, pourquoi forcer (avec une méthode dictatoriale, la même que les syndicats devraient dénoncer) cette dame à fermer son magasin?
    J’ai pu être des deux côtés de la barrière, commerçant indépendant et salarié, et je peux vous dire que le statut d’indépendant n’est pas aussi rose que ça. Ils ne sont qu’une minorité à être des nantis au volant de grosses voitures et à compter leurs billets à longueur de journée. Les autres sont obligés de compter, tout les mois, les rentrées et les sorties pour rester dans leurs frais, avec juste de quoi faire survivre leur famille. Ils n’ont pas un salaire garanti qui tombe tout les mois. Et chaque jour de fermeture, c’est un peu moins d’argent qui rentre, alors que les frais fixes ne sont pas diminués par les jours de grêve.
    Pour terminer, je trouve que le geste de cette dame est un manque de respect total pour le travail d’une autre personne. Parce qu’il faut bien quelqu’un pour ranger ces vêtements. Et voilà qu’une personne, censée protéger les travailleurs, anéanti le travail (au minimum une bonne heure) d’une travailleuse. C’est un comble, vous ne croyez pas?

    1. Greg Pascon

      Nous ne sommes pas anti-indépendant (c’est d’ailleurs écrit dans le texte). Nous voulons juste préciser que c’est histoire de « droit au travail par temps de grève » est une petite narration toxique. Il y a une trentaine d’année, avant le déferlement de la vague thatchérienne sur l’Europe les membres des « forces productives » qui travaillaient dans un secteur en grève portait un nom : les jaunes.
      Ce stigmate avait pour but de défendre une arme importante pour les travailleurs, la solidarité.
      Aujourd’hui, Raymonde en prend plein la gueule parce qu’il n’y a plus (assez) de solidarité par temps de grève.
      Et il nous semble que ce ne sont pas les travailleurs qui ont rire parti…

      1. JIM

        Sauf que cette courageuse lutteuse ne s’en prend qu’a des vendeuses. Qui pensez vous que cela pénalise? Le groupe hm ou le personnel? Cela fait avancer le débat de foutre le bordel dans des magasins? Cela fait avancer le débat de saccager une université? Oui bien les sacs poubelles rouges devaient être frustrés de ne pas s’y être allés….mais a part ça? Elle a ridiculisé un mouvement….rien de moins.
        Déjà de nombreux belges voyaient en les grévistes des gueulards ivre dès 9h…et bien c’est pire grâce a Raymonde. Merci Raymonde pour ton esprit limité et ta stratégie d’un autre siècle…oui merci

      2. Thibaut

        Du coup il faudrait peut être revoir la notion de solidarité… pour vous être solidaire c’est être forcé d’être d’accord avec vous…
        Ce n’est pas un manque de solidarité qui m’a fait travailler, c’est une lassitude d’écouter les mêmes discours socialistes demandant plus de droits et moins de devoirs alors que ce sont ces mêmes discours qui ont amené notre pays où il en est.

        Vous parlez souvent de la Grèce… ce pays est dans la situation actuelle non pas à cause des « marchés » et des « multinationales » mais à cause d’une politique sociale désastreuse, d’une corruption et d’une dilapidation des biens publics… (un peu le résumé des 25 dernières années de politiques non?)

        Moi ma motivation c’est de me serrer la ceinture et de redresser le pays. C’est prendre un peu sur moi maintenant pour avoir une pension plus tard et des soins de santé… moi aussi je voudrai la pension à 29 ans et une TV géante écran plat mais je suis réaliste.

        1. Dr Freutch

          Vous avez raison Thibaut. Serrons-nous la ceinture, ça rassurera les marchés (attention, après le premier cran, ils ont de plus en plus besoin d’être rassurés…)

      3. JIM

        ce qui était déjà d’un très bon goût eu égard aux étoiles jaune d’une autre époque. Bientôt les grèvistes viendrons marquer les façades des gens voulant bosser…nous allons vers ça

  28. Christophe

    Étrange, vous ne commentez pas ce qui est vraiment critiqué : cette phrase : « Vous ne voulez toujours pas fermer ? ». Osez-vous seulement dire que ce n’est pas chargé de menaces ? Et quelle légitimité la menace, quelle qu’en soit la gravité, peut avoir ? Aucune.

  29. Hellyn

    Non mais, vous vous êtes vu vous tous, les extrémistes en tout genre!
    On a le choix entre les pro-gouvernement qui souhaitent qu’on laisse « une chance » et qu’on « attende avant de juger » et qui « eux, jour de grève nationale, vont travailler », comme si, une fois que ces lois seront passées, un quelconque retour en arrière pourrait encore être possible! Si on ne dit rien maintenant, ce seront les mêmes qui nous diront « de toute façon, maintenant c’est trop tard ». Et ça traite tous les gens qui ne sont pas d’accord de feignasse, tous les grévistes d’alcooliques à la solde du ps, et j’en passe!
    Et d’autre côté, on a certains syndicalistes qui se sentent portés par l’élan populaire, qui pensent que tous les mécontents soutiennent leurs actes quels qu’ils soient sous couvert d’une revendication légitime. Qui ne se rendent même plus compte que par leurs actes complètement idiot, ils décrédibilisent l’action de centaines, voire de milliers de personnes, qui souhaitent elles aussi faire entendre, mais de manière respectueuse.
    Non, je ne suis d’accord avec aucun de vous.
    Je suis CONTRE ces mesures anti-sosiales, ces solutions bouche-trou qui n’auront d’autre effet à long terme que d’appauvrir la population, de démanteler petit à petit le système social, de nous imposer une régression inégalée au point de vue humain pour tenter vainement de devenir « compétitif » au niveau mondial, face à des pays où aucun de nous ne voudrait avoir à vivre ou travailler.
    Et je suis CONTRE ces syndicalistes qui déclarent la grève et qui pensent que ce jour là, ils sont devenus les rois du monde, sont au dessus des lois, et que tout est bon pour se faire entendre, qui sont devenus incapables d’agir dignement. Tout simplement qui agissent envers les autres d’une manière qu’ils ne toléreraient pas en retour!

    Et ça y va de ses insultes, de ses dénigrements, envers tout ce qui pense différemment, on en arrive à des situations absurdes où chacun se retranche derrière SES pseudos vérités quitte à défendre des non-sens, et à perdre toute crédibilité.

    C’est à en être écœuré, à ne plus savoir vers qui se tourner. A quand un véritable mouvement citoyen? De gens responsables, honnêtes et respectueux de tous? Avec une véritable vision d’avenir, des projets réalistes et viables pour tous?

    Ce n’est pas parce que nous ne soutenons pas le camp adverse que nous sommes d’accord avec vous. Je pense que nous sommes plus nombreux que vous le croyez à être simplement pris entre les deux feux, à ne plus nous reconnaître dans vos avis trop tranchés, dans vos discours ridicules et vos petites gué-guères sur les réseaux sociaux.

    Ce que j’ai vraiment envie de vous dire c’est reprenez-vous, bon sang! Il y en a marre!

  30. Nathalie

    Effectivement j’ai également vue aussi l’article pour H&M, et la plus de dégâts et une plainte va être déposé. Ici je pense que si elle avait pas vu les caméras a temps elle aurait fait pareil. Car elle arrête juste quand elle aperçois qu’elle est filmée. C’est certainement pas une mauvaise personne mais c’est simplement honteux les manières qu’elle a de procéder. Faire grève OK, mais c’est le gouvernement qu’il faut prendre en otage pas les patrons ou les travailleurs…

  31. José Blanco

    Moi c’est pas cette syndicaliste qui m’énerve, c’est le nombre de cons qui défendent les riches. S’ils sont riches, ok, ils défendent leur beefsteack comme tout le monde. Mais comme je me doute bien que dans le tas il doit pas y avoir beaucoup de riches, c’est donc juste des cons.

          1. Greg Pascon

            nous sommes un projet de l’ASBL D’Une Certaine Gaieté, reconnu dans le cadre du décret sur l’Éducation Permanente et donc subventionné.
            En d’autres termes, nous sommes payer par de l’argent publique pour promouvoir la citoyenneté.

          1. CLEMENTL

            Subventionné? Ah que j’aime ce pays où les donneurs de leçons sont incapables d’assumer financièrement leurs choix de vie et vivent aux crochets de la société qu’ils rêvent de détruire.

      1. Jacques

        Riche, c’est par exemple Jean-Pascal Labille qui gagne 400.000 EUR par an et qui cumule 50 mandats rémunérés et qui fustigeait les managers du secteur public gagnant + de 290.000

        A ce tarif, ce n’est même plus de la gauche « caviar »

  32. Camille

    Certes tout cela a pris des proportions énormes et c’est dommage, mais son acte n’est pas justifié pour autant. « Ce n’est pas correct vis à vis des autres »? Mais dans ces fameux « autres », la plupart n’ont PAS EU LE CHOIX, parce que la route leur a été barrée ou simplement parce qu’ils n’avaient pas envie qu’une vieille emmerdeuse viennent les intimider dans leurs boutiques. La solidarité dites-vous? Mais pourquoi serions-nous solidaires à une cause que nous ne défendons pas? Grève nationale si vous voulez, c’est votre droit, mais pas une obligation pour tous les citoyens. Si nous sommes en accord avec les mesures du gouvernement, ce n’est pas vous qui allez nous obliger à nous lier à votre cause. Et arrêter de penser que vous faites cela « pour l’avenir », j’ai 18 ans et je n’en veux pas de votre avenir, je ne veux pas d’un pays qui vit au dessus des moyens depuis trop longtemps. Et arrêtez aussi de croire que vous allez travailler « jusqu’à votre dernier souffle » bande de victimes de la société. Nous sommes un des pays ou l’on arrête de travailler le plus tôt, l’espérance de vie a considérablement augmenté ces dernières décennies alors vivez avec votre temps bon dieu ! Je suis à l’université, je commencerai à travailler vers mes 23-24 ans et JE M’EN FOUS de travailler jusqu’à 67 ans si ça peut permettre à mes enfants d’un jour avoir une pension. Alors dégagez de nos amphis, cessez vos coups de sifflets irrespectueux envers nos professeurs qui tentent de nous donner cours tant bien que mal alors que nous vous demandons de sortir. Si les études vous plaisent tant que ça, fallait en faire. Moi j’ai envie de m’instruire, j’ai envie d’étudier l’économie, le droit et la politique parce que ma plus grande peur c’est de finir comme VOUS, défendant une cause que la moitié de comprend pas, voter pour un parti parce que quand vous avez été en âge de voter, vous n’y connaissez rien et que vous avez décidé de faire comme papa et maman. Tout cela m’attriste tellement, il serait vraiment temps d’informer les jeunes quand il est encore temps, avec des séances d’informations en secondaire par exemple, ce ne serait pas du luxe.
    Sur ce, allez donc bafouer les libertés des citoyens qui ne partagent pas vos opinions si vous êtes assez stupides que pour penser que vous avez la science infuse et que vous faites ça pour ces pauvres ignorants, moi je continuerai à vous regarder en rigolant de votre mauvaise foi.

    1. Thierry Toussaint

      Tu as raison, il faut beaucoup plus en parler et en débattre. Le jour de la grève générale, il a des hautes écoles qui ont fait ce travail de débat, d’information sur la situation sociale du pays. Ils ont arrête les cours et ont pris du temps pour faire de la politique au sens noble du terme. Mais mieux encore, ils n’ont pas juste pensé à eux, à leur carrière, ils ont regardé ce qui se passe et vers quoi on va en terme de société et cela leur a donné l’envie de soutenir la grève de manière intelligente. Ils ne sont pas bisounours mais pas non plus neutralistes.
      La question essentielle n’est pas l’age de la pension. Le pays vit au dessus de ses moyens parce qu’il a dépensé des sommes inouïes payer les dégâts de la haute finance. Le gaspillage c’est que l’on paye pour former des gens à qui on ne donne pas de travail, pas d’avenir. Les solutions comme être plus compétitif que les autres en coutant moins chers, l’austérité aveugle qui suppose de donner encore moins à ceux qui ont déjà peu ne conduit qu’a plus de pauvreté et de dégâts sociaux. En plus ces dégâts pour les réparer, il faudra payer plus en policiers, en contrôle, en soins de santé, en plus de prison, en plus de système d’alarme et en plus d’insécurité. Ben oui les manifestants ne sont peut-être pas toujours polis mais ce qu’ils défendent c’est une société plus protectrice, plus humaine, moins cynique et plus égale et pas une société avec des citoyens de seconde zone. Encore un chose, vous avez envie de faire des études et c’est très bien mais regarder les chiffres, ceux qui terminent des études universitaires sont pour une très grande majorité des enfants de parent qui sont eux aussi universitaires. Si vous avez le privilège de faire des études, battez-vous aussi pour ceux qui ne peuvent en faire et ne dénigrez pas ceux qui n’ont pas eu cette chance.

    2. André

      Camille, j’aime ton engagement et l’insouciance de ta jeunesse mais je vais te dire une chose. Il est bien hasardeux de penser que tu pourras travailler sans problème jusqu’à tes 67 ans (il y a même des chances que ce soit plus tard, vu ton jeune âge). Après 54 ans sur cette bonne vieille terre, 32 ans de travail et un petit cancer, je peux te dire que la perspective de devoir encore travailler 12 ans (c’était 11 pour moi juste avant ce gouvernement) ne m’enchante guère alors que je suis loin d’avoir un boulot pénible (prof dans le supérieur). Mais garde la foi en ton étoile et ton optimisme : tu en auras besoin.

      1. Hadrien

        Ma mère va sur sa cinquentaine, a subi 3 cancers et continue de travailler et continuera de travailler jusqu’à sa retraite et ça SANS AUCUN REGRET.
        Pourquoi ? Parce que pouvoir subvenir à 5 enfants à charge, il faut pouvoir le faire et ça, faut pas attendre les allocations et le chomage comme la plupart des «  » » » » »travailleurs » » » » » » » font en Belgique.
        C’est tout simplement misérable de vouloir encore défendre les syndicats et leurs idées du siècle passé. Vivez avec votre temps, si les mesures qui sont prises aujourd’hui ne passent pas, ce sont vos enfants qui n’auront plus aucunes allocations ni pension !
        Et ne me sortez pas les futurs 30 000 chômeurs. Pourquoi ? Ah oui, c’était le gouvernement Di Rupo.
        Mais c’est bien, continuez de défendre les gens qui vivent de l’état et qui ne s’en privent pas ! (j’ai vécu 18 ans à Charleroi, je sais de quoi je parle et je sais de quoi est capable le PS.)
        Sur ce, allez un peu réfléchir par vous-mêmes et pas par vos syndicats (qui représentent très clairement le PS de toute façon. Grève non politique ? Faites moi rire tiens !)

  33. Debremme Michel

    Je suis surpris que certains défendent le comportement de cette dame. Ce qu’elle a fait est indigne, tout simplement. Certains ne semblent pas mesurer les dégâts moraux que peut entraîner une telle attitude? Et c’est, c’est évident, une atteinte à la liberté de penser différemment et de travailler.
    Et les propos sur les piquets qui se font foncer dessus – un cas tout aussi inacceptable que celui de la secrétaire Setca – , les « moutons » (penser différemment = être un mouton?), la solidarité (j’ai le droit d’être solidaire aussi de quelqu’un qui ne peut se permettre financièrement des grèves à répétition), etc., c’est hors de ce contexte précis d’une agression d’une femme qui est sortie des clous en menaçant verbalement, abîmant, courageusement épaulée par des camarades à la passivité tout aussi coupable.

    1. Greg Pascon

      mesurez-vous les « dégâts moraux » que des politiques d’ajustements structurels engendrent sur le corps social?
      Voilà la question qu’on aimerait que les massmédias posent…

      1. JIM

        Vous auriez une vraie réponse a des questions précises plutôt que je vous ériger en teneur de la vérité? Ca devient pathétique de vous voir justifier des actes comme ceux de raymonde ou des casseurs de l’univ. Encore une fois COMMENT cela aide le travailleur de bousillier une univ? Expliquez nous au lieu de sortir des arguments sortis du manifeste du ptb

        1. Greg Pascon

          il faut qu’on se documente sur les faits de l’ULg mais a priori (c’est bien marqué a priori), le fait de s’en prendre à la faculté de science appliquée dans le cadre d’une grève générale contre l’imposition de politique d’austérité et d’ajustements structurels ne semble en rien stupide ni irresponsable. Bien au contraire, cela ferait preuve d’une certaine lucidité stratégique (sur les rapports de forces dans une économie de la connaissance).

          1. JIM

            soit vous croyez en vos propos et la drogue que vous devez prendre est excellente, soit vous faites juste de la povoc pour faire du trafic sur votre site qui, by the way, plante toutes les 5 minutes.

            J’aime beaucoup votre justification de la violence, comme si les sacs poubelles rouges bourrés et éructants savaient dans quelle fa ils étaient…cela pré-suppose qu’il savaient lire et la aussi, une enquête de vos fins limiers s’impose. Il est vrai que crever des pneus a fait grandement avancer la cause des travailleurs.
            Si des subsides servent a payer des gens tels que vous….un petit contrôle s’impose

  34. André

    Texte qui tourne à la dérision, en minimisant les faits, dans le but que le lecteur qui lit ça et qui était contre les faits de Raymonde, se sente inconsciemment gêné d’avoir pensé de la sorte.
    Je ne vois que des paragraphes sans fonds, rigolant sur le nombre de vêtements enlevés des rayons, pour faire passer les gens contre les agissements de Raymonde pour des gens superficiels.
    Mais vous éludez la vraie question !
    Celui qui a écrit cet article, pourquoi ne parle-t-il pas de la phrase de Raymonde qui dit : « Vous ne voulez toujours pas fermer ? Si vous fermez pas, je peux continuer, hein ! »
    Ah bah oui, je sais, parce que ça contredirait tout ce qu’il a dit. Evidemment que c’est de l’intimidation.

    Article écrit par les pseudos blogueurs du 21è siècle qui, au lieu de travailler le fond, va nous énumérer des dizaines de défauts chez ses détractaires pour noyer ce qui le dérange chez lui-même (dans ce cas-ci, dans les agissements dérangeants de quelqu’un qu’il défend visiblement).

    Bref, un article qui changera rien au débat, écrit par et pour des pro-grévistes, de totue façon !

  35. Nico J

    Même si je pense tout à fait que cette affaire a été montée en épingle par un duo RTL – La meuse qui sont soit dit en passant de grand média (…), je ne suis pas d’accord avec votre analyse.

    1) Ce n’est pas parce que les gens n’ont pas travaillé qu’ils faisaient tous grève. Je connais pas mal de gens qui ont « télé-travaillé » ou qui d’un accord avec leur direction ont décidé de prester ce lundi la semaine prochaine en lieu et place de relâche de Noël. Pour ce qui est du télé-travail, je me demande quand les syndicats créeront une police ou milice privée faisant du porte-à-porte pour obliger les gens à ne pas travailler, nous rappelant les passages nauséabonds de la pire période du cercle dernier… J’exagère ? Comment expliquer les agissements à l’ULg réaliser par des syndicalistes chauffés à blanc par leur dirigeant: Ca commence à faire peur!

    2) La grève est un droit mais on a aussi le droit de ne pas être d’accord avec les idées de ceux qui l’a font: Ayant même pas 25 ans et travaillant depuis un peu plus d’un an, je suis conscient que je vais devoir travailler plus vieux que mes grand-parents, c’est inexorable… Une distinction entre travail ouvriers et employés doit être évidemment faite. Une personne qui bosse intellectuellement dans un bureau doit travailler plus longtemps que le maçon qui brave vent et marrée et qui porte de lourde charge.

    3) Ces gréves sont disproportionnées et parfois imputées au fédéral alors que les compétences sont soutenues par les fédérations et communautés (Service public du transport par exemple). De plus, pour ce qui est du saut d’index, rappelons que la Belgique est un des derniers pays à garder ce privilège avec le Luxembourg. En solidarité, inter-peuple devrons-nous pas abandonné ce privilège comme nous demandons à pas mal de monde de payer plus d’impôts ?

  36. Laurent D

    Votre « justificatif » est à pleurer de rire. Vous tentez de banaliser des faits scandaleux.
    Parfois, garder la tête basse est le dernier acte de respect qu’il reste à faire, et ce n’est même pas cela que vous choisissez.

    Cela ne se limite pas au actes de cette dame. D’abord, du vandalisme reste du vandalisme. Et de plus beaucoup de commerçants se sont plains d’avoir été obligé de fermer sous menace de voir leurs magasins saccager.
    C’est une honte, vous qui défendez soit disant des valeurs démocratiques.

    Le droit de grève est démocratique, faire le choix de travailler ou non l’est aussi.
    Vous saccagez nos droits et nos magasins, vous êtes une insulte à la démocratie.

  37. DF

    En réalité il ne s’est rien passé dans ce magasin, « incident » c’est déjà un mot bien trop fort. Comme le dit l’article, c’est une propagande infâme. Dans le contexte d’une grève générale, on peut même dire qu’il ne s’est rien passé en fait. Et pourtant
    c’est le msg principal des massmédias sur la journée de grève.

    Franchement, je ne vois pas comment sortir de ce brainwashing néo-libéral autrement que par un cataclysme biblique. Les gens sont complètement lobotomisés, y a rien à faire. « Il faut des réformes », « On n’a pas le choix », « On a trop profité », « On a le
    droit de travailler ». J’en peux plus. Quant au droit au travail, il n’existe pas. Sinon il faudrait expliquer aux 25 millions de chômeurs de l’UE en quoi consiste exactement ce droit. C’est une torture psychologique insoutenable d’entendre ce déferlement de bêtises.

    1. JIM

      Ok alors expliquez nous en quoi saccager une univ et obliger ou tenter d’obliger un magasin a fermer a aidé la cause des chômeurs? Je suis impatient de vous voir justifier les actes ayant eu lieu a l’univ de Liège.

      Nous vous écoutons….

      1. DF

        Ecoute mon bon JIM, quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt. Les résultats des politiques envisagées par ce gouvernement – les outputs si ca sonne mieux dans ta tête – sont connues d’avance puisqu’elles sont appliquées avec assiduité un peu partout depuis une dizaine d’année (au bas mot). Appauvrissement généralisé des classes moyennes et modestes, creusement sans précédent des inégalités, concentration des richesses, accroissement du chômage, dégradation des conditions de travail. Les grévistes de lundi en sont bien conscients alors ils s’y opposent. Dans ce contexte de lutte politique fondamentale, des tables et des chaises renversées ici et là n’ont aucune importance. Tu devrais saluer le fait que les débordements se soient limités à cela, cela dénote un grand sens de responsabilité. Mais je peux jouer à l’institutrice maternelle et dire: « vous n’auriez pas dû balancer des chaises, c’est pas gentil les gars ». Happy?
        Moi, JIM, le débat idéologique ne m’intéresse pas. Montre moi que les politiques envisagées par Michel fonctionnent – réduction du chômage, amélioration de la qualité de vie, des conditions de travail, etc – et je serais prêt à te suivre. Parce que si on doit « réformer », c’est pour un « mieux », n’est-ce pas? Bientôt t’en arriveras à défendre le « droit » à être esclave. Tu n’en es plus très loin.

          1. JIM

            Heureusement que vous etes la pour relever le niveau….Mais bon c’est le débat tout court qui ne présente pas d’interet pour des gens tel que vous. By the way vous avez loupé la plainte de la chercheuse a l’univ de Liege contre les poivrots en sacs poubelles?
            Tant que un combat qui peut être considéré comme juste sur le fond, prendra cette forme vous aurez perdus.
            Alors donnez vos leçons ailleurs et surtout ne jugez ni de l’intelligence ni de ce que sont les gens, vous pourriez avoir des surprises.

          2. Greg Pascon

            euh, techniquement, nous sommes chez nous…

            je ne vous chasse pas mais je ne crois pas que vous soyez administrateur de ce site.

            où je suis encore mal informé (sur un truc de plus)

          3. JIM

            et le rapport? Parceque je cherche toujours.. Enfin les donneurs de leçons altermondialiste ça me fait sourire..;surtout quand ils s’amusent avec notre pognon

          4. Greg Pascon

            je rappelle que le nom de l’asbl qui édite ce blog est « d’une certaine gaieté », il est donc dans nos missions de vous faire sourire (avec votre argent).

            Par ailleurs, le rapport, entre votre commentaire et le mien semble assez clair :

            vous avez proposez à quelqu’un d’aller, je cite : « donnez vos leçons ailleurs ».

            et je vous ai rappelé que vous êtes ici chez nous (puisque cette phrase semblait témoigné d’un oubli de ce contexte de votre part).

          5. JIM

            en l’occurence comme notre fric paie vos amusements nous sommes chez nous mon bon monsieur…bin oui c’est ça d’être dépendant des autres 🙂

          6. JIM

            vous êtes malgré tout techniquement dépendant de l’argent des gens écrivant sur cette page, je te l’accorde un peu du tiens si tu paies des impôts…mais il n’en reste pas moins vrai que tu es la en locataire et les prorio faut pas trop les insulter 🙂 Je pense que ta publication y gagnerait si tu ne pensais pas détenir la science infuse et la seule vérité qui vaille la peine. Si l’extême gauche était la réponse ça se saurait…sauf a considérer que la corée du nord est ton modèle de société. Personne t a dis ça a indymedia?

        1. JIM

          et DF tu penses que l’appauvrissement date de deux mois? Tu penses que qui a décidé l’exclusion massive des chomeurs en janvier? La droite ou un premier ministre socialiste megalo? Tu penses que raser gratis comme tente de le faire croire le ps depuis 25 ça va encore fonctionner longtemps? Le gouvernement wallon qui lève de nouvelles taxes et qui presse la population comme jamais…elle est de quel parti dis moi? Alors svp au lieu de dire des anneries et de camoufler ça par des citations pour se donner un genre…ouvre les yeux.

          Et je vais te rassurer….OUI je pense que s’attaquer sans cesse a la classe moyenne est une absurdités car elle est le moteur de l’économie, OUI taper sans cesse sur les pme et tpe est idiot car elles sont les seuls a tenter d’engager et OUI doublement OUI il est inique de ne pas faire payer d’impôt sur les dividentes ou sur les grosses entreprises.
          Mais rappelle toi que la derniere taxe voulue contre les pme…venait des socialistes, la taxe sur l’outillage. Rappelle toi que les droits de successions ne sont plus défendus que par les socialistes ce qui pénalise bien plus les classes moyennes que les gens riches, ayant toutes les facilités pour éluder cela. Trop stupide, trop basique et tellement stupidement idéologue de tenir le discour qui tend a éssayer maladroitement de prouver a longueur de post que la gauche c’est bien et la droite c’est mal. La vérité c’est que ni l’une ni l’autre ne roule pour toi ou pour moi et aucune des deux n’a de solutions réalistes. Juste une qui communique mieux et qui te l’a met avec plus de vaseline…..

        2. JIM

          et bien voila mon bon DF les grévistes vandales de l’univ sont identifiés. Membres de la fgtb(étonnant) et travailleurs chez Magotteaux. Fin de parcours pour ces connards.

    2. Neecoo

      Simple. Il suffit juste de savoir lire : Le Comité de la liberté syndicale de l’Organisation Internationale du Travail reconnaît le principe de la liberté du travail pour les non-grévistes. Cette commission d’experts indique en outre que les piquets de grève doivent avoir un caractère pacifique et ne pas s’accompagner de violences contre personnes tel que l’empêchement d’accéder à son lieu de travail. Les personnes subissant ces voies de fait ont le loisir de saisir les tribunaux compétents dans le but d’y mettre fin sous peine d’astreintes

      1. Greg Pascon

        on ne doutait pas qu’il y aie un organisme international qui aie payé des « experts » pour tenter de limiter le droit de grève 🙂
        Mais merci de nous avoir passer l’info (et ne vous méprenez pas, là, je suis très sérieux).

  38. José Blanco

    @JIM: Oui, j’en suis toujours à la lutte des classes. C’est comme la météo, elle est là, on n’y peut rien. Reste à voir dans quelle classe on est ou on croit être. Je doute que tu sois un riche, t’es donc juste un… je te laisse deviner, je suis sans doute pas le premier à te le dire…

    @Christophe: riche, tout le monde sait ce que c’est. C’est pas une affaire de 4500 euros mais de millions. Et tu n’en es pas un non plus, sans quoi tu serais pas là à mettre un commentaire durant ton temps de travail au lieu de bosser (je n’ose imaginer que tu sois chômeur, tu gagnerais le titre de roi des…).

    1. JIM

      Ce brave homme…a court d’argument il place une attaque ad nominem. Pardon…votre QI d’huitre hydrocéphale n’est peut être pas capable de comprendre. En attendant mon cher, si votre seul argument est celui la, être traité de con par une personne comme vous est un compliment

  39. Thierry Toussaint

    Bravo pour l’article.
    Raymonde que je ne connais pas est bien instrumentalisée par la presse commerciale qui titille l’émotion facile. Comme ça on dissimule les violences institutionnelles. Qui est obligé de travailler à temps partiel dans des horaires non choisis ? Les femmes. Qui se trouve exclus du marché du travail ? Les jeunes. Qui se voit stigmatisé toutes l’année ? Les étrangers et ceux qui ont une tête d’étranger. Qui se voit contraint de chercher du travail alors qu’il n’y en a pas ? Les chômeurs. Qui paye des sommes infinies pour se loger qui les met dans la précarité ? Les gens qui n’ont pas hérité de biens familiaux suffisants. Qui essaye de se distraire en stigmatisant les turpitudes de Raymonde, en regardant RTL et tous les médias qui tentent de capter du temps de cerveau disponible pour la pub et pour surtout ne pas rechercher des solutions politiques ? Ceux qui ont du travail, de l’argent et les moralistes à deux balles. Si on veut une société à l’américaine pour qui l’exclusion, l’exploitation, la pauvreté ne sont pas des problèmes politique, continuons à nous acharner sur Raymonde. Dans les médias, la mauvaise information chasse la bonne.

        1. BenV

          Je ne suis pas le « Ben intermittent du spectacle »… Je n’avais pas vu que le pseudo était déjà utilisé…
          Neutre… ? Définition de neutre ? Si c’est celui qui n’a pas d’avis, ce n’est pas mon cas.
          Mon point de vue est clair… Chacun cherche à se justifier en regardant ce que l’autre fait de mal. Raymonde ou la Porsche, c’est exactement le genre d’os qu’on jette à un clébard pour le détourner du reste. La bonne méthode serait sans doute de convaincre par ce que l’on fait de bien et surtout en… Expliquant et pas en imposant. Et certainement pas non-plus en « catégorisant » immédiatement les gens dans la case qui vous arrange le plus.
          Dans tout ceci, il y a un grand principe qui a été bafoué à plusieurs reprises, celui du respect… Et c’est pourtant l’indispensable pour une bonne entente qu’il nous manque en premier.

          1. Greg Pascon

            comme je suis payé (avec « votre » argent) par le ministère de l’éducation permanente pour vous répondre, je suis donc un peu obligé de vous faire remarquer que le « débat citoyen » (comme on dit dans notre jargon) y gagnerait énormément si vous tentiez d’utiliser des petits trucs de langage dans le genre « selon moi », « de mon point de vue », voir le plus humble « enfin, je crois »…

            c’est des petites recettes qu’on nous apprend dans des formations (en animation de groupe), payées avec vos impôts (donc je dois vous en faire profiter, c’est une obligation professionnelle et morale)

            exemple :

            BenV, enfin un commentaire qui va dans le bon sens, « selon moi » …ça change des idéologues d’extrême gauche qui sévissent ici « enfin, je crois ».

          2. JIM

            Pourquoi faire cela face a vous qui pensez détenir la vérité absolue et qui balayez d’une tentative de traits d’esprit les gens ne pensant pas comme vous?

          3. JIM

            et entre nous…le Ministère de l’éducation permanente ça n’existe pas en ces termes? Ca serait colle de savoir qui te paie au moins^^ Vous devez toucher dans les 200.000 euros par an a la louche, autant savoir d’ou ça vient pas vrai 🙂

    1. DF

      Merci Thierry, ton commentaire permet de respirer un peu. Il ne convaincra pas les fanatiques de l’idéologie libérale présents en masse ici – on ne convainc pas les fanatiques, même les faits et les chiffres n’y arrivent pas – mais ca fait du bien.

      1. Ben

        Est-il réellement possible d’émettre un avis sans pour autant être confronté à ce genre de réponse quand ledit avis n’est pas le votre ?
        Vous avez l’air d’en savoir tellement sur nos vies…
        – Suis-je libéral ? Je ne me rappelle pas de votre présence à mes côtés dans l’isoloir…
        – Est-ce que je regarde RTL ? Faudra que je vérifie si vous n’êtes pas dans mon jardin à guetter par le fenêtre ce que je fais de mes soirées…
        – Fanatique ? En tout cas j’ai la capacité de penser différemment de vous sans émettre de jugement à l’emporte pièce sur votre personne…

        1. DF

          Pourquoi est-ce que tu t’es senti visé? Et je croyais qu’il fallait être démocrate…même un mini méta commentaire te dérange? en fait toi et les tiens vous n’êtes démocrates que quand ça vous arrange. Mais ne t’inquiète pas, je le savais déjà.

          1. BenV

            Oui, je me suis senti visé… Mais ce n’est pas entièrement de ma faute.
            Avec votre mentalité, il y a Vous et les Autres… Vu que je ne suis pas Vous, je ne peux être que les Autres.

    2. Jacques

      Raymonde, une vraie victime,
      les femmes travaillant à temps partiel… des victimes,
      Les jeunes qui ne trouvent pas de boulot…des victimes,
      Les étrangers stigmatisés… des victimes,
      Les chomeurs à la recherche d’un boulot…des victimes,
      Les locataires exploités…des victimes,

      Les responsables: les « salauds qui ont du boulot », les riches qui font la morale, ceux qui roulent en Porsche ?

      Camarades syndicalistes, allons mettre à feu et à sang leurs beaux quartiers ( Lasne ?) Confisquons le salaire des gros capitalistes (80% des 400.000 Euros de revenus annuel de Jean Pascal Labille ou des revenus confortables de Stéphane Moreau)

      Si les syndicats avaient déjà sauvé de l’emploi, cela se saurait !

  40. Raymonde Goblet-Onkelinx

    L’auteur de cet article est probablement très fier de lui.
    Mais il ne fait preuve d’aucune objectivité.
    Le droit du travail est nouveau d’après lui.
    Et il pense que le droit de la grève est l’obligation de faire grève.
    L’intimidation et le chantage sont deux choses abjectes.
    L’argument de Le Lepvrier est « ce n’est pas juste, les autres ont fermé », mais elle oublie de préciser que c’est elle qui, par les mêmes méthodes, les a fait fermer, en piétinant les vêtements quand il n’y avait pas de caméra.
    Ce gouvernement sera certainement meilleur que les précédents, mais il y aura toujours des râleurs.
    Des râleurs en retard sur l’évolution du monde, des râleurs qui ne comprennent pas qu’en ces temps de mondialisation, seule la compétitivité peut nous sauver.
    Des râleurs qui se disent solidaires mais qui ne sont pas prêt à céder le moindre acquis pour un meilleur futur.
    Le Lepvrier illustre parfaitement ce genre de râleurs.
    Elle joue aux victimes, alors qu’elle habite une superbe 4 façades.
    (Je le sais puisqu’une personne peu délicate a publié son adresse privée sur FB.)
    Je parie gros que la gérante de la boutique n’a pas une si belle maison et un compte en banque aussi bien fourni; mais elle, elle travaille.
    Personnellement, je suis prêt à céder 15% de mon salaire si la vie en Belgique redevient agréable, contrairement aux râleurs qui se disent solidaires mais qui ne pensent qu’à eux.
    Je travaille dans l’administration, et les délégués syndicaux, ils les recrutent chez les buveurs invétérés.
    Heureusement, ils perdent chaque jour un peu plus de leur crédibilité.

    1. Marie-Luce

      Le commentaire du justicier masqué derrière un pseudonyme idiot, il est indigeste. Il donne, au mieux, l’impression que la fachosphère se lâche, mais encore et toujours dans l’ombre.

      1. Raymonde Goblet-Onkelinx

        Je n’accepte pas le terme de fachosphère. Rien dans mon commentaire ne vous permet d’utiliser ce terme. Fachosphère s’applique beaucoup mieux à Le Lepvrier (attention, je n’ai pas dit phacochère). Je vous méprise, vous et tous les autres qui se disent solidaires et qui ne sont jamais prêts à faire le moindre sacrifice pour la communauté. Les fachos en Belgique sont les partis d’extrême-droite comme le Vlaams Belang, les syndicats et les extrémistes religieux.

    2. Jean la GRANDE GUEULE

      COMMENT OSEZ VOUS PARLER DE « RÂLEURS », ENCORE UN QUI PRÉTEND QUE LES « RÂLEURS » SONT DES GENS QUI NE TRAVAILLENT PAS. VOUS LAISSERIEZ 15% DE VOTRE SALAIRE ?? MAIS ALORS, VOUS FAITES PARTIE D’UNE « CATÉGORIE PRIVILÉGIÉE » A REVENUS PLUS QUE CONFORTABLE. VOUS TRAVAILLEZ DANS L’ADMINISTRATION ??? DONC FONCTIONNAIRE ??? ALORS VOUS DEVEZ CONNAÎTRE LA RÉPUTATION DES FONCTIONNAIRES. À VOUS LIRE, ELLE SE CONFIRME.

      1. Raymonde Goblet-Onkelinx

        Votre touche CAPS LOCK est bloquée? Où ai-je dit que les râleurs ne travaillent pas? Non. Les râleurs sont ceux qui ne pensent qu’à s’en foutre plein les poches, qui se disent solidaires mais qui ne mettraient jamais la main à la poche pour aider leurs compatriotes. La réputation des fonctionnaires, elle s’applique aux fonctionnaires syndiqués. Et vous, vous faites quoi dans la société? Troll.

  41. Will

    Pugilat de mots. Pugilat d images. Mais peu semblent se preoccuper des vrais problemes. Doit on acceptet de laisser dechirer le filet de la secutite sociale au nom du devoir de travailler? Si j etais un capitaine d entreprise de la sorte uniquement interessee par le gain, je trouverais ce debat magnifiquement pathetique. Les guepes bouffent les mouchettes pendant que le lezard lui fait orgie des deux. Le pari etait de diviser les rammaseurs de miettes, et c est gagne.

    Desole du peu de langage grossier. L insulte a l intellect mational qu est la crise actuelle m a un peu epuise. Jetez du fumier sur une surfave non productive n a jamais mene tres loin.

  42. JMF

    Moi je dis: arrêtons de critquer Raymonde. On voit bien que c’est une crème, cette femme. Elle ferait pas de mal à une mouche. C’est pas de la violen,ce, c’est du T-E-M-P-E-R-A-M-E-N-T! Et ça, Raymonde en a! Elle le met au service des autres, de le justice sociale, de cette cause qu’elle considère comme juste! Et puis on ailme bien quand le méchant employeur (cette petite péquenaude de vendeuse) se fait dresser les oreilles par une vraier camarade. Ouais… C’est bien tout ça… Bon, le problème évidemment, c’est qu’il va falloir admettre toute cette argumentation quand ce seront les patrons et autres richards en manteau de cachemire qui viendront bousculer les pauvres grévistes. Parce que les défenseurs du mec à l’Audi là, ou les petits bobos qui s’énervent parce qu’on les empêche de faire leur course (noter qu’ils ont de l’argent à dépenser, c’est suspect ça!), d’aller chercher leurs mômes à l’école, ou même d’aller boulotter (comment osent-ils??!), eux aussi, ils vont nous sortir qu’ils ont du « tempérament ». Et foutre par terre un drapeau rouge ou vert, renverser ou déplacer les barrières nadar, faibles remparts de la classe ouvrière contre l’exploitation par le Grand Kapital, ça aussi, ils vont nous sortir que c’est légitime, que c’est humain, peut-être même bon enfant. Non, finalement Raymonde, peut-être que la prochaine fois, il vaudrait mieux se dire que la loi, c’est encore ce qu’il y a de moins pire. P’têt bien qui faudra s’en tenir à discuter (tu sais, avec des mots…), à essayer de convaincre tout en écoutant. Pouah! Le syndicalisme n’est vraiment plus ce qu’il était! S’il faut se comporter en être civilisé, autant faire de la politique…

    1. José Blanco

      JMF alias JIM: « quand ce seront les patrons et autres richards en manteau de cachemire qui viendront bousculer les pauvres grévistes »

      Celle-là, faut l’encadrer. Faut-il rappeler que l’un des avantages d’être riche c’est de pouvoir envoyer des larbins pour se battre à sa place? Oui, toi JMF…

  43. BenV

    @José… C’est effectivement nous qui faisons la salle besogne des cadres et dirigeants des organismes syndicaux (on appelle ça se tirer une balle dans le pied José).

    1. DF

      Toi, t’es encore plus futé que le BEN intermittent du spectacle. Ça valait bien la peine de te différencier. Se battre pour conserver des conditions de travail dignes ce n’est faire le jeu de personne sinon le tien, ignare.

      1. BenV

        Encore des insultes… T’as un bon niveau toi.

        Le jeu qui est le mien… Tu as l’air de savoir ce qui est bon pour moi, rappelle-moi de te consulter plus souvent quant à mon avenir.

        Crois-moi, tes camarades d’en-haut partiront bien vite vers d’autres cieux si le salaire est attractif.

        Et aussi, le droit de grève est un droit acquis et très important dans une démocratie. Il te permet de ne pas travailler afin de montrer ton mécontentement. Mais en aucun cas il ne te permet de bafouer les droits des autres ! Chacun à le droit de jouir de ses libertés… Aller au travail, se rendre au chevet d’un proche malade, rendre visite à un ami, accoucher à l’hopital… Tiens, parlons-en de celui-là. Tu as peut-être contribué à faire d’un belle journée, celle dont on se rappelle toute sa vie, une journée d’enfer faite de stress et d’angoisse parce que l’accès à la maternité était chaotique (le chaos que vous avez provoqué).

        Crois-moi camarade, si tantôt les techniciens de ton fournisseur d’accès se mettent en grève, te privant de ton internet, ta télé et tout ton petit confort, tu vas saisir immédiatement ton téléphone afin de les traiter d’ignares (ou autres…) et leur ordonner de rétablir au plus vite les services pour lesquels tu paies ! Et en parlant de payer, camarade, je payerais cher pour voir ta tronche au guichet, billet d’avion dans ta main en partance pour tes vacances et constater que tu ne partiras pas tout de suite car… Ils sont en grève 😀

        1. DF

          Et comment a-t-il été acquis ce droit de grève? Et les congés payés, puisque tu parles de vacances, comment ont-ils été acquis? Le sais-tu? Je ne regarde jamais la télé, je n’engueule jamais les travailleurs des call center parce que j’ai pitié de leurs conditions de travail et je sais qu’ils n’ont pas le choix que d’accepter ce genre de boulot sous-payé. Je fréquente les aéroports chaque mois ou plus, les grèves des contrôleurs aériens ou du personnel navigant ne m’ont jamais posé aucun problème, je m’adapte, je comprends leur combat. Comment pourraient-ils faire grève sans me créer un embarras? Explique moi un peu stp. La grève, c’est par définition créer un embarras, sinon de quoi parle-t-on?

          1. BenV

            Ah non, je n’ai pas (encore) été dans ce cas… Et je suis un râleur… Sur toute forme de débat stérile et catégorisation en tout genre… Un adepte de plus Jean ? Allez-y, classez moi, ça ne manque pas sur ce post…

  44. DF

    Qu’il s’agisse de Raymonde ou du gars qui essaie de forcer un piquet de grève, tout cela n’a aucune importance. Ce ne sont que des péripéties mineures, les deux comportements sont compréhensibles et au final on s’en fout. Ce n’est pas le droit au travail qui est en jeu, puisqu’il n’y a plus de travail pour tout le monde (que quelqu’un ose dire le contraire). Ce qui est en jeu c’est la société dans laquelle on veut vivre. Comment on veut répartir les richesses produites.

    1. JIM

      Et la pour une fois et bizarrement, je suis d’accord 🙂 changer le monde..en voila un beau programme ( et ce n’est pas de l’ironie) dans le fond et perso, Raymond elle aurait foutu le feu a Hm que ça ne m’aurais pas gêner, HM exploite, pille et j’en passe et des meilleurs. La dessus un excellent reportage de France 2 cash investigations qui dénonce les horreurs des sociétés textiles. Dans le fond il fallait une victime expiatoire, car jeter des vetements est bien moins grave que de foncer sur des gens d’accord ou pas et de saccager une univ. Les étudiants n’en peuvent rien et Liège est l’exemple de ce que une grève ne doit pas être. Raymonde paie aussi son délit de sale gueule…car avouons, elle n’est pas très sexy la Raymonde. Une petite grèviste toute mignonne n’aurait pas déclenché un tel deferlement de haine j’en suis sur! en revanche elle a agit bêtement et sa defense fut aussi maladroite que son geste. Un leader syndical dans notre société de l’image ça doit aussi bien passer a la télé que dans les magasines….et la Gobelet et Raymonde…c’est la famille adams, un syndicalisme d’un autre âge. La relève c’est Bodson…qui peut dire les mêmes choses que gobelet…mais il passe et ça passe. En fait….c’est d’un conseiller com dont la fgtb a besoin. Et que qq neurones en plus dans les gens envoyés sur certains piquets. Car, entre nous, arriver a se faire detester, arriver a bousiller l’image d’une grève et se rendre impopulaire dans la majorité de la population….je dis bravo. Se tirer une balle dans le pied a ce point…ça devient un cas d’école

  45. Amstragram

    « Sortez vos fourches, on a retrouvé la créature de Frankenstein!  »
    Les tabloïds crasseux, auraient du titrer ça, avec une photo de cette femme en première page.
    Coupable de son action, oui certes. La vendetta publique méritée ? Non.
    Son geste que je réprouve, n’est cependant pas représentatif d’une violence « démesurée ».
    Il faut arrêter de courir après le dahu, et se pencher sur d’autres faits. Parce que oui, à mes yeux cette femme est synonyme d’une bête imaginaire qu’il faut abattre. Courrez donc bien armé de vos grands discours sur le respect des autres. Courrez donc, sortez encore des phrases ou le point Godwin est atteint après 3 mots…  » On dirait la nuit de cristal »,  » ça nous fait penser aux heures les plus sombres de notre histoire ». Pour ceux là, un simple conseil, replongez donc dans un livre historique.
    On est plus focalisé sur les actions d’une femme, que sur ce que la grève à pu apporter ( ou pas, je n’ai pas les clefs pour me forger une opinion de cette action à l’heure actuelle).
    Finalement, grâce à elle on se rend compte de quelque chose de plus important, la totale incompréhension entre (et j’adore ces termes) « grévistes » et « non-grévistes ».
    Qu’on soit d’accord ou pas avec le gouvernement actuel, ou l’ancien (ou la reproduction des mouches tsé-tsé). Le débat doit se porter sur ce qu’on peut observer de notre politique. Et non pas séparer la population d’un même pays en deux petits groupes…
    Les « grévistes » sont singés comme une bande d’ivrognes fanatiques de la glandouille…
    Les « non-grévistes » sont imagés comme une bande de moutons avec pour seul idéal celui de regarder secret ferme de l’amour dans la cuisine story.
    Vous ne voyez pas comme un problème ?

    1. Jacques

      Les syndicalistes sont les seuls à ne jamais perdre un cent.

      S’il y a grève, ils sont eux « au boulot » donc ils sont payés, contrairement aux « grévistes » qui reçoivent 30 EUR comme indemnité…

      Même si certains syndicalistes sont « corrects » ils regroupent aussi beaucoup de glandouilleurs (qui préfèrent aller voir les putes comme certains à Anvers, qui préfèrent faire un barbecue en se bourrant de « Jup » et des individus qui se croient investis de tous les pouvoirs comme Ray-Monde qui après sa tâche « policière » accomplie affale sa masse dans un pauvre siège de jardin (qui n’en peut rien lui) à la terrasse d’un bistrot ou d’autres qui détruisent par plaisir et agressent lâchement à 4 ou 5 contre 1.

  46. Jean Kin

    Faites les malins saloperies de grévistes de merde, ouvrez vos gueules mais oubliez pas que cette attardée s’en est bien sortie avec une commerçante patiente, mais si y’en a un seul d’entre vous qui essaye de nuire à mes libertés et à mes droits les plus élémentaires comme celui de gagner ma vie honnêtement, je lui explose la gueule à coup de barre en fer, on verra si vous braillez encore

      1. Jacques

        Imaginons qu’un syndicaliste se fasse tabasser !

        On entendra les médias de la presse subsidiée:

        Les nazis sont de retour !

        L’extrême droite revient !

        Theo mit uns, nacht und nebel,

    1. CestSur

      Jean Kin, que tu es un poète… Brrrr j’en ai des frissons dans le dos à t’imaginer devant ton clavier, tout tremblant de frustration, rêvant de Raymonde et de barre en fer. Si j’étais toi d’ailleurs, je passerais au tuyau de plomb, bien plus efficace. Je t’imagine bien en train de « gagner ta vie honnêtement » (bon j’avoue, là je me moque un peu de toi, mais tu avoueras quand même que c’est toi qui a commencé…).

  47. Bob l'Eponge

    Ah la Raymonde ! Elle tente de se justifier sur sa page facebook avec cet article qui ne ressemble à rien. Ce que Raymonde a fait est ignoble. Tout d’abord, elle espère qu’aucune caméra ne fileme ce qu’elle est en train de faire… D’autre part, elle est payée par son syndicat pour sa journée de grève, par contre, la dame indépendante qui ouvre son magasin lundi est obligée de le faire pour vivre. J’ai admiré le calme de la gérante du magasin face à cette excitée. Et pourquoi Raymonde n’a-t-elle pas obligé le cafetier à fermer ? Non, voilà Raymonde qui avait besoin d’un remontant et était heureuse de s’offrir un petit café à une terrasse. Deux poids, deux mesures…

    1. christine

      comme déjà dit ne prenez pas pour « argent contant » ce que vous voyez! vous ingurgitez les mots et les images qu’on vous balancent sans vous interroger sur leur veracité! la photo à la terrasse a été prise bien avant la grève générale ( pas le mm pull) alors avt de lancer des commentaires, vérifiez vos sources!

    2. JIM

      autant cette Raymonde m’insupporte autant dans la critique que je rejoins il faut être honnete, la photo de la Raymonde en terrasse ne date pas du même jour. D’un coté comme de l’autre un débat n’est possible qu’avec des infos exactes et vérifiées

  48. BenV

    @DF : Génial : « Comment pourraient-ils faire grève sans me créer un embarras? Explique moi un peu stp. La grève, c’est par définition créer un embarras, sinon de quoi parle-t-on? »

    Et ??? Les meneurs de foules (Gouvernement, Syndicats, Partis Politiques… etc) sont tellement occupés à chauffer les troupes qu’elles foncent sans réfléchir. Nous montant les uns contre les autres, divisant pour mieux régner et vous contribuez à fond dans ce jeu.

    La grève était à la base faite pour combattre le partona dans son abus de rentabilité de la ressource humaine, pas un gouvernement. La grève est une bonne chose, mais ce à quoi on assiste, c’est une débacle de débordements de part et d’autre rendant confus les causes et conséquences. La menace, le vandalisme, l’aggressivité, les embarras… Tout ça contribue à faire perdre toute valeur à un message qui pourtant aurait dû être bon. La preuve… Que retiendra-t’on du 15/12… Une Porsche et Raymonde. Raymonde par son acte a, malgré elle, détourné l’attention du vrai problème et fait perdre une part de crédibilité déjà tant fragile du mouvement. De même, on n’attire pas des partisans en les foutant dans l’embarras.

    Tu veux faire quelque chose…? Fais descendre tout le monde dans les rues un dimanche, juste pour montrer que nous sommes soudés par le nombre sans eurs ni casse, juste l’effet de masse face aux décisions du gouvernement. Une réelle part représentative du peuple ! Mais qui, un dimanche… ?

    La grève, ça emmerde les mauvaises cibles… Mais une manifestation, ça touche les bonnes personnes, ceux du Gouvernement justement.

    1. Greg Pascon

      « La grève était à la base faite pour combattre le patronna dans son abus de rentabilité de la ressource humaine, pas un gouvernement. »

      Juste une question : s’avez pas le sentiment que ce gouvernement entretient précisément des liens étroits avec le patronna?

      (je tiens à préciser que le précédent aussi était parfois fort proche…)

      1. BenV

        C’est tout ce que tu as retenu de mon… Eh merde, t’avais raison dans ton article. Un détail peut très vite éluder le reste.

        C’est du temps judicieusement dépensé d’ergoter constamment pour savoir qui sont les gentils et les méchants.

        Ils doivent bien se marrer nos politiciens à nous reluquer nous déchirer.

        1. Greg Pascon

          tu m’excuses, camarade (si je puis me permettre 🙂 ) mais il s’agit clairement du cœur de ton argumentation…
          et je préfère frapper au cœur, justement pour nous épargner du temps!

          1. JIM

            Dis moi greg pascon…tu es journaliste? Si oui utilise les bons mots, on dis ‘patronat » et non « patronna » déja. Sorry moi je fais ce que je peux ça n’est pas ma langue maternelle mais toi je pense que si 😉 ensuite….tu es la pour exciter les gens et générer du trafic ? Si c’est le cas je dis bravo car personne ne connaissais ton brol avant l’affaire Raymonde. By the way tu penses détenir les réponses a tout? Jamais tu ne te remets en question? Tu a décidés que toutes personnes sur ton forum qui ne pense pas comme ton asbl d’extrême gauche subsidiée grassement est un idiot congénital? Juste comme ça hein…et au fait puisque les gens en place te débectes…tu ne devrais pas refuser l’argent que tu reçois? Argent qui vient aussi des impôts des gens que sur méprises sur cette page.

          2. Greg Pascon

            Non, de fait, je pense que cela a été expliqué précédemment, je ne suis pas journaliste mais travailleur dans le champs de l’éducation permanente.

            Et, par ailleurs, j’ai aussi déjà remarqué (dans d’autre débat par écrit) que, très souvent, la discussion sur l’orthographe, ça arrive du côté de ceux qui perde un peu les pédales au niveau de l’argumentation. Mais, il faut bien écrire « patronat »… Enfin le « patronat » lui, il préfère qu’on pense en terme de « collaboration » et qu’on évite ce genre de terme, trop clivant (mais c’est pas une question d’orthographe)

            Sur « l’extrême gauche et tout le reste »… Bon, je le re-dit, les conditions dans lesquelles le texte est écrit ont été mise sur la table. A chacun de juger si elle sont l’expression d’une organisation d’extrême gauche (mais je peux te dire qu’institutionnellement nous ne sommes lié qu’à la seule Fédération Wallonie-Bruxelles).

            Maintenant, est-ce que tu peux mettre les conditions dans lesquelles ont été écrits tes commentaires?

      2. Jacques

        Mais Goblet et Thierry Bodson sont eux-même bien membre du bureau du PS contrairement à ce que Laurette prétendait !

        Hou la vilaine menteuse … Laurette tu seras privée de caviar pour Noel !

        Mais Goblet est cohérent avec les instruction du PS puisqu’il disait déjà le 9 octobre, donc avant que Michel 1er ne soit formé:
        « Nous allons former une guérilla permanente contre la suédoise »

        1. Greg Pascon

          so what?
          faudrait pas être contre ce gouvernement parce que le PS est aussi contre? Faut « laisser une chance » à la droite décomplexée parce que les socialistes sont contre elle (aussi)?

          c’est quoi la logique que tu défends au juste?

          1. JIM

            ur « l’extrême gauche et tout le reste »… Bon, je le re-dit, les conditions dans lesquelles le texte est écrit ont été mise sur la table. A chacun de juger si elle sont l’expression d’une organisation d’extrême gauche (mais je peux te dire qu’institutionnellement nous ne sommes lié qu’à la seule Fédération Wallonie-Bruxelles).

            vous êtes liés par le fric..;surement pas par les idées:) quand a l’orthographe je pars du principe que si l’on tiens un blog ou dieu sait comment tu appelles ça…tu te relis ou utilises les bons termes mais soit. Concernant l’argumentaire, je pense que tu es assez mal placé pour parler d’arguments lorsque tes réponses sont a cotés volontairement et remplacées par des piques qui se veulent surement cinglantes….enfin c’était ton espoir. J’ai beau repasser post après post tu ne réponds clairement a personnes. Tu opposes a des questions précises des généralités censées être la pour élever le débat. Bien tenté. Next

          2. Greg Pascon

            dis, t’es un troll payé par le MR ou par la N-VA?

            non, parce qu’il y a des gens qui m’ont demandé ça par ailleurs…

            (et tu connais la loi en matière de troll)

          3. JIM

            de nouveau…on sens poindre l’énervement et de nouveau a court d’argument. Dur de répondre a une question? Car dans les faits je suis lecteur et tu publies un blog, j’ai le droit de savoir qui se cache derrière ce que tu publies. En publiant tu ouvres la voie a la critique, en revanche tu n’a aucun droit de demander aux gens qui ils sont. Tu connais la loi en matière de droit internet 😉

          4. JIM

            Donc je maintiens…blog d’extrême gauche qui accepte l’argent de gens qu’il critique a longueur d’article? Pas grave tu sais mais l’avouer c’est bien aussi. Tu existes parce que les gens que tu hais utilises de l’argent de nos impôts a moi et aux autres que tu méprises ici par des petites piques enfantines. Tu t’exprimes grâce a nous en fait. Tes leçons de morales a deux balles, ta défense d Raymonde, ta prose anticapitaliste et j’en passe….c’est grâce a nous et même ton boulot c’est grâce a nos impôts…on va dire merci alors 🙂

          5. JIM

            ON te l’a demandé? Et toi personne te demande a toi pourquoi ce sont des amis de Robert Neys qui sont surement a la base du groupe FB de défense de Raymonde et qui redirige vers la page de ton blog? Pardon « camarade » mais ça ne sent pas un peu la manip ça? Maintenant pour des adorateurs de Lénine rien ne m’étonne 🙂
            Coincidence surement..;suis je bête.

  49. krwiss

    personne, vraiment personne pour dire qu’on est vraiment dans une misère incroyable?
    moi, je ne suis ni d’accord avec les syndicat, ni d’accord avec le gouvernement, ni d’accord avec le PS, ni d’accord avec aucune proposition faite par aucun parti ayant pignon sur rue… Comment est-il possible que personne ne soit capable de fournir une proposition alternative crédible?
    Aujourd’hui, je crois vraiment que peu importe qui est au pouvoir, tous se valent et tous ne roulent que pour eux-mêmes. Tout ce ramdam nous fait croire que deux camps existent dans ce milieu politique mais c’est faux. Et nous sommes les dindons de la farce. Je sortirai dans la rue quand je pourrai suivre quelqu’un avec qui je partage le projet de société et dont j’aurai le sentiment qu’il fera ce qu’il dit.
    Et le comportement de cette dame ne vaut pas mieux qu’une petite frappe qui intimiderait un commerçant pour le racketter.

    1. Jassogne

      Enfin une réaction qui rejoint mes convictions. On est face à des personnes qui n’ont ni efficacité ni légitimité. Lisez David Van Reybroeck qui éclaire la crise de la démocratie que nous vivons. Les tempêtes médiatiques par réseaux sociaux interposés qui nagent dans l’émotionnel; des politiciens sans vision à long terme -ni même à moyen- qui vont où les poussent les flux des électeurs; des socialistes qui n’en ont que le nom (corruption, étalage de richesses -creusez leur vie privée…).
      Et si l’on prenait ses distances avec ce monde qui fait de nous des pantins agités de vents contraires. Cultivons notre jardin culturel, familial, amical. Que ce monde (polico-médiatique) ne nous entraine pas dans ses dérives !

  50. François

    « la responsable de l’enseigne L&L tente de maintenir « son » magasin « ouvert » quand tous ses concurrents, eux, ont dû fermer. Elle tente de tirer parti de la grève »
    « Raymonde a fait exactement ce que sa fonction de responsable syndicale exige dans un contexte de grève générale »

    Pardon? C’est un canular c’est article j’espère…
    Depuis quand est-il défendable et défendu d’empêcher les gens de gagner leur vie par l’intimidation?

    40 ans que les socialistes sont au pouvoir, maintenant qu’ils n’y sont plus ils ont les réactions typique des dictateurs détrôner… manipulation, intimidation, déformation de propos, prise à partis du peuple…

    1. Greg Pascon

      Vous nous demandez : « Depuis quand est-il défendable et défendu d’empêcher les gens de gagner leur vie par l’intimidation? »

      Dans le contexte qui est celui de l’affaire Raymonde, on peut vous réponde : depuis que les travailleurs se sont organisés en syndicats pour avoir effectivement droit au chapitre. Ils ont remarqué que la politique était une question de rapport de forces (des gens ont un peu théorisé sur le sujet à partir des expériences de luttes). Et ils ont fini par mettre au point une tactique qu’ils ont nommé « la grève ».
      Pour qu’elle fonctionne, il faut que les travailleurs (organisés en syndicat, donc) puisse exprimer leur capacité à bloquer « la production ». Pour ce faire, ils ont mis au point une technique, celle du « piquet ». Elle consiste à prendre temporairement le contrôle des points d’accès au outil de production afin de réaliser l’objectif stratégique de « la grève ». C’est là qu’intervient ce que vous nommez « intimidation ».

      Mais dans le contexte, plus général, de la dérégulation du marché du travail mondialisé, la réponse à votre question est autre : ça fait à peu près une quarantaine d’année qu’a commencé un truc qu’on a appelé contre-révolution néo-libérale…

  51. Sandra

    A quoi perdons-nous notre temps!!!
    Quelques vêtements écartés.
    Vous qui jugez vous n’êtes certainement jamais sorti de vos gonds, rien ne vous frustre, jamais de minuscules colères sans conséquence?

    Désolée voici la véritable violence mais la presse n’en fait pas un scoop, justes quelques secondes pour annoncer qu’aujourd’hui 10.000 travailleurs prestent leurs dernier jour de travail car Ford ferme ses portes.

    Les travailleurs vont passer leur temps à s’inquiéter de leur avenir et ainsi passer de merveilleuses fêtes
    Les actionnaires vont eux grandir leurs dividendes grâce aux aides d’état non conditionnées qu’ils ne devront pas rembourser.

    Une de plus, cela c’est acceptable!!!
    Je suis en colère pour eux et aujourd’hui je l’intériorise.
    Demain qui sait la caméra au bon moment me traitera de terroriste pour avoir lancé une chaise, renversé un bien matériel quelconque et je serais mal jugé.

    Les actionnaires sans scrupule eux sont des héros?
    Bientôt la presse va les canoniser.

    En attendant on se donne bonne conscience encore quelques enfants de travailleurs dans la misère mais VIVA FOR LIVE!!
    On les nourrira 1 jour et tout ira mieux pour eux.

    Un cube bien hypocrite.

  52. pingouin

    Vous n’avez même pas les couilles de signer votre article. On se demande qui joue à BHL. Commencez à regarder votre nombril avant de regarder celui des autres.

      1. JIM

        Suffit d’aller voir qui « bosse » dans cette asbl, je me demande de quel parti vous êtes si proche….ça doit naviguer entre écolo et ptb et une touche d’altermondialiste. Et si pour pondre vos petites réponses en raccourci vous écrivez tous…..mon dieu le niveau 🙂

        1. Greg Pascon

          c’est tout le drame de la culture et de l’éducation subventionné par les pouvoirs publics ça. Mais je suppose qu’il y aura bientôt un espoir réel de voir tout ce Cirque (Divers) s’arrêter.
          Voilà un combat de plus, que vous pourriez mener (avec succès), JIM!

          1. JIM

            Figuez vous que non, un état qui se respecte doit permettre a tout un chacun de s’exprimer et même si je ne suis absolument pas d’accord avec votre ligne….vous voir couper les vivre serait a mes yeux très grave.
            Juste….cessez de penser détenir la vérité absolue ou…présentez vous a des elections et montez au front

          2. JIM

            à l’Entonnoir, il y a un mot d’ordre qui nous a toujours plu (c’est peut-être le seul, d’ailleurs, qu’on soit vraiment disposé à suivre) : « penser par le milieu ».

            Sérieux? Le milieu de l’extrême gauche alors 🙂

  53. Ant

    Fallait foutre le feu aux unif et tuer tout ces gens qui travaillaient. Ils n’ont rien compris… Et puis comme vous avez la parfaite justification pour tout, vous auriez encore dit « …bravo, mais vous auriez dû aller encore plus loin… ». Pitié vous avez l’air instruit, si la société est pourrie, pourquoi avez vous (enfin les extrémistes de gauche, pas forcement vous personellement) attendu le changement de tendence politique pour commencer à foutre le bordel? C’était pas bien avant non plus, si?

    1. Greg Pascon

      à l’Entonnoir, il y a un mot d’ordre qui nous a toujours plu (c’est peut-être le seul, d’ailleurs, qu’on soit vraiment disposé à suivre) : « penser par le milieu ».
      On a pas voulu faire l’histoire de la gauche radicale, celle de la Belgique, de la commission paritaire 311, du commerce namurois ou de l’usage de la violence dans les conflits politique, on voulu poser une question (assez simple) : qu’est-ce que ça signifie un tel déchaînement de passions (médiatiques) tristes à l’encontre d’une syndicaliste faisant un piquer dans le cadre d’une grève contre un gouvernement qui veut imposer un politique d’ajustements structurels?

      Vous ne voulez pas participer à répondre à cette question, ça ne nous dérange pas. Disons qu’on prend cela comme une information.

      Poser cette question, aujourd’hui, oui, effectivement, c’est soutenir Raymonde. Nous l’assumons. Parce que nous pensons que la lyncher médiatiquement, c’est contribuer à construire une ambiance qui favorise l’imposition des mesures d’austérité (en rendant les luttes politiques impossibles ou inefficaces) quand nous trouvons ces mesures inadmissibles, cyniques et violente.

      Donc, nous le redisons, nous assumons cette position (comme d’autres massmédias assument d’autres positions mais sans jamais le dire aussi clairement que nous ici). Et nous proposons à chacun, sur ce forum, d’assumer les conséquences de ses commentaires et de ses prises de position (comme nous l’avons fait nous même en publiant cet appel). Au lieu de se cacher derrière la « liberté », un bricolage juridique (genre « droit au travail » version Ducarme) ou encore « la nécessité de faire des réformes pour garantir la compétitivité du marché de l’emploi dans un climat de compétition mondiale ».

      Nous ne sommes pas neutr vous – Sudpress, RTL-TVI et le Soir (liste non-exhaustive) non plus.

  54. Baud3t

    plus de 600 votes (pour), contre plus de 18000 votes (contre) actuellement pour les 2 pétitions… le but n’est pas de savoir si cette femme est une femme bien ou non, sont privé n’est pas jugé, mais elle s’est affiché en tant que représentante syndicaliste !! qui sont sensé protéger les travailleurs !!! y’a rien qui vous choc sérieusement ? ses actes rédigé par les mots les plus doux ne changeront pas le faite que professionnellement cette femme est inapte a respecter dignement ses congénères qu’il soit syndiquer ou non !! c’étais impulsif ? plein de bonne intention ? complètement impliquée dans sa démarche ? et bien je veux bien le croire et je ne dit pas ça de façon ironique, mais les actes on été fait, les paroles on été dites et pour cela elle doit en subir des sanctions.
    je ne veux rentrer dans aucun débat politico-syndicaliste je parle juste de l’être humain et de ce respect qui se perd de plus en plus, alors si vous cautionnez ces actes demain vous accepterez quoi ?
    je veux calmer d’avance les hardeurs de certain, je ne suis pas pour le renvois de cette personne, je pense juste que des sanctions pourrais l’amener a réfléchir et a re-centrer ses priorités sur l’être humain… qui est quand meme la matière première de son travail !

  55. Charles

    Puisqu’ il s’agit visiblement d’un acte de bienveillance et de courage, j ‘invite tout le monde à entrer dans le premier magasin venu faire pareil que cette brave Raymonde et d’ attendre pour voire ce qu’il va vous arriver. Etant donné que c’est bon enfant comme beaucoup le dise çà devrai bien se passer. Ou pas!

  56. Vincent

    C’est bien de s’être foulé d’un article pour défendre Raymonde, son syndicat ou même le parti politique dont elle dépend…surtout que c’est totalement désintéressé et sans parti prix, cela se lit entre les lignes 🙂

    Mais avec un MINIMUM de bonne fois, vous auriez reconnu (toute la rédaction donc..) que derrière ce ‘déplacement d’articles’ dans cette boutique c’était le TRAVAIL des employés et eux mêmes qui était visés !! On leur reproche, en somme de vouloir travailler quand d’autres ont reçu l’ordre de les empêcher de le faire…cela me rappelle la fameuse http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram
    Ce qui est scandaleux ici, c’est d’essayer de forcer la main à ceux qui ne sont pas des moutons, en utilisant l’intimidation.

    Fondamentalement, la Raymonde en question n’est pas mauvaise…C’est juste un bon petit soldat que l’on envoie au casse pipe pour des raisons qui la dépasse complètement (la pauvre).

    Je sais que c’est difficile par les temps qui courent mais un minimum d’honnêteté ne peut pas faire de mal, non?

  57. Georges

    Chers Messieurs, Chères Mesdames,

    Le nombre d’avis invraisemblables à la suite de cet article m’a particulièrement choqué et c’est pourquoi j’y réagis.
    Le rédacteur de cet article n’a pas compris le fond du problème.
    Le droit fondamental de liberté est mis en cause ici, qu’importe la violence de l’acte, que celui-ci soit moral ou physique, c’est extrêmement grave.
    De quel droit cette dame, se permet-elle, au nom de la Setca d’agir ainsi ?
    Chacun a ses convictions et dès lors que celles-ci n’empiètent sur aucune liberté d’autrui, elles doivent être respectées. C’est ce qu’on appelle vivre dans un pays libre et démocratique. Il n’y a rien qui empêche cette patronne (gérante) d’ouvrir son magasin, elle ne cause de tord à personne en faisant cela.
    Autrement dit, rien n’oblige cette femme à être solidaire avec les grévistes.

    Certes, il a des choses plus graves que ce que cette dame a fait dans ce magasin mais la raison pour laquelle cet acte a été amplifié repose sur les raisons qui l’ont poussé à commettre cet acte et au nom de qui elle le commettait. Raymonde a forcer, par voie d’oppression, cette patronne a se soumettre à ses propres convictions. On n’a pas laissé le choix à cette patronne, que de fermer son magasin. De plus, Raymonde est une porte-parole d’un syndicat tout entier, elle met donc en cause l’entièreté de la Setca qui ne cautionne pas son geste.

    Cette femme agi de manière égoïste et est le type de personne, qui lorsqu’ils sont au pouvoir, peuvent être très dangereux. Une personne qui impose ses idées aux autres sans se soucier des lois, cela me fais bizarrement penser à quelqu’un. (40-45)

    « Si les syndicats groupaient seulement des intérêts matériels similaires leur influence serait faible; mais, en associant des mécontentements et des haines, ils acquièrent une grande puissance révolutionnaire. » Gustave Le Bon

    Amicalement,

    Georges V.C.

    1. Greg Pascon

      Tout d’abord merci d’avoir pris le temps d’écrire ce commentaire qui invite à la discussion.

      D’emblée, je tiens à vous rassurer :

      le-s rédacteur-s (j’en fais partie) de cet article ont pris en compte le fond du problème.

      Seulement, nous ne concevons pas le même problème que vous. Et nous (à l’Entonnoir mais plus largement à D’Une Certaine Gaieté, l’asbl dont ce blog est le projet numérique), nous pensons que la démocratie ce n’est pas apporter des réponses différentes aux mêmes questions mais plutôt pouvoir en poser d’autres. Il y a donc plusieurs problèmes et ça change donc le fond de l’affaire…

      Et pour nous le problème, on l’a encore expérimenté hier dans nos bureaux, alors qu’on tentait de gérer un temps soit peu les conséquences du lancement de cet appel à soutien. On a reçu la visite d’un des membres (de longue date) de la rédaction de la revue C4 (autre projet de notre asbl) et il nous a expliqué qu’il avait reçu une lettre de l’Onem lui signifiant son exclusion du chômage au 5 janvier.

      Les conséquences de ce courrier sur la vie de notre confrère nous apparaissent comme infiniment plus dommageables pour lui que ce que n’a pu l’être l’intervention de Raymonde sur l’existence de la gérante du magasin L&L. Selon nous, il n’y a pas photo en terme de proportion.

      Et cette lettre, elle est l’imposition, par la violence et l’intimidation, à toute une partie de la population, d’une conviction que ni notre confrère, ni nous ne partageons. Celle qui passe dans les discours du genre « nous avons vécu au-dessus de nos moyens », « il faut activer le comportement des demandeurs d’emploi pour résorber le chômage », « il faut rendre le marché de l’emploi plus compétitif », « il faut assainir la dette publique »,…

      Et, ils nous a semblé qu’il nous fallait faire le travail qui consiste à replacer la supposée violence et la prétendue intimidation dont aurait été coupable Raymonde dans le cadre d’un mouvement de grève qui a précisément pour but de tenter de mettre un coup d’arrêt aux mesures d’ajustements structurelles qui sont l’expression de ce que nous considérons comme l’imposition d’une violence et d’une intimidation aux conséquences autrement plus désastreuses que celles occasionnées par l’entré d’une permanente SETCa dans un magasin namurois.

      Il nous a semblé qu’il nous fallait faire, ce travail, parce que les massmédias ne le font pas (et ça ne date pas de lundi passé). Et ça aussi pour nous, c’est un problème. Gros et démocratique.

      Nous avons donc rédigé cet appel à soutien parce que nous pensons que si nous devons discuter des proportions de l’usage de la force et de l’intimidation dans le contexte d’une conflit politique à partir de la vidéo de Raymonde qui entre dans un L&L, alors, selon nous, il faut le faire dans le contexte de ce rapport de force-là.

      Voilà,

      J’espère avoir quelque peu répondu à votre commentaire.

      1. JIM

        Sauf que….encore une fois ceux qui ont votés et décidés de l’exclusion de votre collègue et de nombreux autres sont les mêmes personnes que vous passez votre vie a défendre, sauf que ceux qui ont décidés cette mesure dénuée de la moindre intelligence(car exclure des gens ne fera que précariser et repporter les dépenses sur les cpas…donc on tournent en rond) ne sont pas ceux qui gouvernent a l heure actuelle…a part en wallonie. Il n’y a donc pas comme un problème de cible?

        1. Greg Pascon

          on édite un magasine qui s’appelle C4 dans lequel on a du écrire des dizaines d’article remettant en cause les politiques de l’emploi mené par des ministres socialistes.

          On le fait encore dans le prochain numéro qui vient de sortir, n’hésiter pas à vous le procurer.

  58. Mario

    Donc Sainte Raymonde veut faire fermer le négoce de vêtement…….à la limite je pourrais être d’accord. Mais pourquoi ne fait-elle pas fermer le bistrot où elle s’est affalée pour avaler un breuvage bien mérité somme toute. Y aurait-il pas une erreur?

  59. matthias

    Cet article est propagandiste, erroné et mensonger. Raymonde, ce qu’elle sacralise; c’est le résidu de se qu’a créer « l’état providence »…. qui maintenant est « état dépendance »…
    Si on compare l’état à une entreprise, l’entreprise Belgique n’est plus performante depuis des années et ses employés n’ont pas arrêtés d’être augmenté, d’avoir plus de jours de congé, etc… Résultat, une heure prestée coûte en moyenne 40 € en Belgique, pour 8 € en Bulgarie et 12 € en Roumanie.
    Alors, le petit patron c’est lui qui donne 85 % de l’emploi en Wallonie, c’est lui qui prend les risque. On le charge tellement que plus de la moitié de ce qu’il gagne doit partir en taxe pour la sécurité social et toutes les formes diverses d’allocation qui n’ont pas assez contrôlées car la Belgique a été une enfant gâtée pendant trop longtemps. Le problème, c’est qu’ avec des: « on a droit » , on tue ceux qui prennent des risques…. et qui donnent de l’emploi… 13000 faillites en 2013 et plus de 10000 en 2014…
    Pour en revenir à Raymonde, c’est une forme de fascisme, elle fait le double de son opposante, rien qu’en lui trébuchant dessus, elle lui aurait fracturé toutes les côtes et elle menace de lancer ses chiens….
    Il y a une solution, c’est qu’on se retrousse tous les manches…. L’UNION FAIT LA FORCE jet ça, faut s’en souvenir… Il y a une belle concurrence de crève-la-faim en dehors des frontières belges qui se feront un plaisir de bénéficier de notre discorde!

    1. Greg Pascon

      On a pas censuré (parce qu’on vous fait confiance) mais on a pas pu aller au-delà de ce passage :

      « Cet article est propagandiste, erroné et mensonger. Raymonde, ce qu’elle sacralise; c’est le résidu de se qu’a créer « l’état providence »…. qui maintenant est « état dépendance »…
      Si on compare l’état à une entreprise, […] »

      Oui et nous l’avons écrit, notre article prend parti parce qu’il intervient dans un débat. Il n’est pas neutre. Mais dans la mesure où nous énonçons les conditions dans laquelle nous parlons, on ne peut pas dire que nous faisons de la propagande. La propagande ça consiste précisément à masquer le point de vue pour faire croire que ce qu’on raconte est le fruit de l’évidence et du bon sens.

      La propagande, c’est vouloir faire penser tout le monde en comparant un état à une entreprise. Sous prétexte que cette comparaison serait politiquement neutre…

      (voilà donc pourquoi on a pas lu le reste de votre commentaire tout décidant de le publié quand-même)

  60. matthias

    Monsieur, il y a de la violence. En droit du travail, c’est du harcèlement moral et intimidation physique. Vous défendez une attitude qui est tout, sauf démocratique.
    Et alors, je vous compare l’état à une entreprise pour mettre en évidence que cet acteur économique n’est pas immortel…. Si on ne le nourrit pas, il va mourir… Sisi, les états peuvent faire faillite. A ce moment là, toutes les Raymonde de Belgique seront dans une situation encore plus précaire. Pour éviter cela, il faut être attractif, je ne dit pas qu’il faut se prostituer, mais qu’il faut que de part et d’autre on s’ajuste. Vous n’avez pas lu jusqu’au bout mon message. A l’inverse du vôtre qui se veut diviseur et propagandiste par sa volonté d’opposer patronat et prolétariat; le mien revient sur notre devise nationale.

    1. Greg Pascon

      de nouveau, j’ai arrêté de lire à « les états peuvent faire faillite »…

      c’est une conception néo-libérale de l’état, en dehors ce cette conception-là, un état (souverain) ne peu pas faire faillite, on annule ses dettes.

      je cite F. Lordon, à ce propos : « Or aucun État n’est jamais mort de faire défaut sur sa dette pour la simple et bonne raison que l’expression « faire faillite » n’a rigoureusement aucun sens à propos d’une entité politique souveraine – et ceci à la différence des banques privées en 2008 qui, n’eussent-elles été sauvées, étaient, elles, promises au trépas. En bonne logique si l’État ne meurt pas de défaut, ce n’est pas l’État qu’on sauve. Alors qui ? Ses créditeurs, bien sûr ».

      (vous pouvez lire ce passage ici : http://blog.mondediplo.net/2010-05-11-Sauver-les-banques-jusqu-a-quand)

      1. JIM

        Il ne te passe pas par la tête que les états ne sont plus souverain sur ce plan? Si en 2008 les banque n’avaient pas étés sauvées…..cela ne se limitait pas a leurs fermetures, très loin de la. En revanche ce qui est discutable et même très discutable c’est l’utilisation des fonds que l’état a débloqué. Rappelons nous que les banques en faillite en 2008 et qui furent sauvées sont les mêmes qui ont distribués les plus gros bonus en 2009….ça c’est inacceptable

        1. JIM

          On sait depuis 2008 que laisser aller le système bancaire au tapis n’est pas une possibilité. Lui faire encaisser des pertes demeure envisageable mais, il faut en être conscient, au prix d’un contrecoup qui viendra rapidement ternir notre joie de voir enfin les banquiers déguster. Mais alors, demandera-t-on à ce moment précis, « nous sommes entièrement dans leurs pattes ? » La réponse est oui.

          ça aussi c’est dans l’article….cqfd malheureusement

      2. JIM

        Un état ne peut pas faire faillite..on annule sa dette. Hmm oui mais non car un état qui ne paie pas sa dette n’aura que très peu de possibilités d’emprunter par la suite. En effet pourquoi prêter a nouveau a un état sachant qu’en cas de soucis il décidera unilatéralement de cesser de payer?
        Si un Etat décide de ne pas rembourser sa dette, il se fondera une mauvaise réputation et plus personne ne voudra lui prêter d’argent par la suite. La dernière fois que la France a fait défaut sur sa dette remonte à 1793. Il lui a fallu 50 ans pour pouvoir emprunter à nouveau.
        La Grèce se heurtera a des taux tellement forts par la suite que le remède aura fait plus de mal que la maladie.
        Un moment il faut aussi dire ça

        1. Greg Pascon

          ça, c’est la position orthodoxe de Mario Draghi & friends…

          Puis il y a l’Islande, l’Équateur ou encore les recherches en anthropologie de David Graeber qui viennent mettre un peu de démocratie dans tout cela :

          http://www.latribune.fr/actualites/economie/20121004trib000722991/quatre-ans-apres-l-islande-nargue-l-europe.html

          http://cadtm.org/Les-lecons-de-l-Equateur-pour-l

          http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2013/11/22/david-graeber-mais-pourquoi-voulez-vous-payer-vos-dettes/

  61. Quinet

    Merci pour ce très beau texte! Ouf je respire… Et merci aux syndicats de mener ce combat tellement ingrat, si peu reconnu. Reste un fameux travail d’éducation populaire qu’ils ne pourront pas mener seuls!

    1. JIM

      vous voulez dire …expliquer aux gens pourquoi il est nécessaire de menacer des étudiants et saccage une univ? Un travail d’éducation genre camp de travail a la pol pot quoi. oui;…bin non. Le jour ou l’éducation sera faite par un syndicat, la carapils sera déclarée patrimoine de l’unesco

    1. Greg Pascon

      La critique de la stratégie de comm’ des syndicats est assez intéressante. Tout comme le fait d’avancer l’hypothèse que les réseaux sociaux sont plutôt anti-grève, anti-syndicaux, pro-TINA… « moderne », comme on dit. Enfin, ils semblent l’être… en Belgique Francophone. Parce qu’ailleurs en Europe, c’est infiniment plus clivé et partagé.

      Ceci étant dit, je me dois de rappeler à tout les lecteurs de ce site que, vu la composition de l’actuel gouvernement, tenter de faire croire que ceux qui le combattent par la grève peuvent être représenté par une bande de nazis aux abois, ça reste quand-même un peu boiteux…

  62. Max

    Ah ben tout vas bien alors, je vais aller jusqu’à la SETCa et « déplacer » des dossiers 🙂 parce que je ne suis pas d’accord avec eux.

    Je suis persuadé que je me fais foutre dehors dans les dix minutes…

  63. cassbob

    Je n’aimes pas du tout le ton de cet article ni l’intitulé,limite on prend le lecteur pour un con…d’ailleurs « comprendre Raymonde pour les nuls »….merci bien !
    Et il n’y a pas de juste milieux, c’est toujours les autres qui ont tord…et on tourne ça à la parodie pour tout ceux qui ont critiqué l’action.
    Insupportable,alors qu’au début de cette histoire je défendais et je nuançais l’action, force est de constater qu’il n’y en a pas un pour rattraper l’autre.

  64. Matthieu

    A vous, qui trouvez cela « normal » de se comporter de la sorte dans un magasin, « puisque d’ailleurs on fait la même chose pendant les soldes »…
    Je ne trouve pas ça normale, et contrairement à vous je ne le ferais ni un jour de grève, ni pendant les soldes.

    A vous qui soutenez Raymonde et ses idéaux politiques, mais dénigrez les soldes…
    Je suis amusé d’imaginer les réactions dans vos rangs si on venait à remettre ce « droit acquis » en question 

    A vous qui cautionnez la façon totalitaire dont cette personne essaye d’imposer son point de vue, avec la finesse et l’élégance d’un camion de pompier.
    J’estime qu’il n’est pas crédible de réclamer des droits et du respect en bafouant ceux des autres.

    Evidemment qu’il y a eu un battage médiatique sur la pauvre Raymonde! Comme il y en a tous les jours, de plus en plus, sur tout et sur rien.
    Mais si ça a fait le buzz, c’est qu’il y avait du répondant.
    Je pense que ces images ont ce jour-là, personnifiées un mouvement plus général, un élan de contestation. (Que je condamne plus par sa forme que par son fond, cela dit en passant).
    Raymonde est devenue l’espace de quelques jours le bouc-émissaire, la cible facile ; et les railleries une façon de vous dire qu’on en a marre de vos manières non constructives !

    1. keyzer sozé

      on ne dit pas que c’est « normal » de se comporter de la sorte, on dit que cela fait partie d’un folklore de lutte et d’une technique syndicale depuis toujours et que c’est grâce à cela que tu savoures ton dimanche. Ta rhétorique pompeuse de vierge effarouchée masque mal, au pire une méconnaissance de l’histoire ouvrière, au mieux un individualisme détestable.

  65. FredG

    Non mais vous vous voyez ! Cette HAINE qui déferle comme un torrent dès que la tribune est partagée. INVARIABLEMENT et quel que soit le sujet,on assiste systématiquement à une gerbe de propos nauséabonds. »A mort, au pilori, grosse pétasse ! Connasse, pouffiasse, et j’en passe… Quel niveau ! CANIVEAU OUI ! Z’ êtes pas un peu fatigués, à la longue ? Rien de mieux que de la merde dans le crâne !!!

  66. francoismz@hotmail.com

    Voila un bloggeur qui tente de sauver la peau de Raymonde.

    Pourquoi les gens seraient ils obligés de travailler uniquement pour empêcher toute concurence? Alors on va demander à mon concurrent de fermer quand je suis en congé maladie? Ah oui… pas de concurrence déloyale. Et on va fermer toutes les entreprises le 24 décembre car il y’en a quelques unes qui ferment. Et voila, nous travaillerons 40 jours par an en Belgique, souhait du syndicat!

    Je suis affilié FGTB ! plus par profit que par conviction (on touche les primes plus vite quand on est syndiqué et on peut bénéficier de la protection juridique…)
    Et dans mon secteur, sachez que depuis plus de 10 ans, il n’y a pas eu une seule élection syndicale

    N’est ce pas la preuve de la non démocratisation des syndicats?
    Depuis plus de dix ans, les différents syndicats font des accords entre eux sur le nombre de représentants et leurs nominations et évitent ainsi l’avis des travailleurs.

    Comment des gens peuvent ils nous représenter sans qu’on les élisent??
    Les syndicats sont la plus grosse mafia connue!

    Alors, désolé pour Raymonde qui n’est que la pointe visible de l’iceberg pourri, mais il faut que ca change! Il faut prendre des sanctions contre Raymonde qui aurait aussi marché sur des vêtements dans d’autres magasins.

    Honte à Raymonde,
    Honte aux syndicats actuels.

    J’espère qu’un jour, de nouveaux syndicats naîtront en Belgique. Pas comme la FGTB qui se paye de gros salaires, qui va au Pérou pour prendre du bon temps pendant des conférences internationales ou qui fait grève 4 jours après la nomination du nouveau gouvernement.

  67. h. Andre

    Comment est ce possible de rédiger un article pareil !! vous devez certainement etre en manque d’inspiration !! vous cautionnez des faits  » hors-la-loi  » selon vous le peuple doit subir une dictature syndicale :  » si tu travaille je te casse !  » c’est de la démocratie ça ??? vous critiquez des travailleurs qui énervés ,  » foncent » comme vous dites sur des  » pauvres grevistes  » mais vous ne dites rien des saccages et de leur violence , de leur lacheté de s’en prendre aux personnes agées en les empechants de se rendre à l’hopital pour se soigner ! d’empecher des étudiants de préparer leurs examens ! le tout pour la plupart masqués , car trop laches pour agir à visage découvert ! pour vous rafraichir la mémoire ou vous instruire un peu , voici un extrait de la législation belge en matière de piquets de greve :  » les piquets de greve sont légaux tant qu’ils ne nuisent pas à la liberté du travail et ne s’accompagnent pas de voies de fait à l’égard des non-grévistes.  » Tout est dit !!!

  68. ThierryD

    Pauvre Ramonde. Elle fait un peu pitié. La cervelle lavée par ses instances, elle n’a pourtant fait que suivre les consignes (certes avec un peu trop de zèle).
    On aurait pu passer, ce n’est qu’un exaction de plus des
    syndicats totalitaires.
    Ce qui est le plus choquant n’est pas ce qu’elle a fait (même si c’est quand-même choquant hein!).
    Non, ce qui est choquant est que le peuple de gauche ne semble pas s’émouvoir de ce qui s’est passé. Encore une fois, oublions les articles propulsés par cette pauvre Raymonde. Mais il n’en reste pas moins qu’elle a – par ses actes- iintimidé une personne.
    Contraindre par la force une personne à faire quelque chose qu’elle ne voulait pas faire est très grave. Nos grands-parents ont luté contre une telle dictature fachiste.
    Apparemment le peuple de gauche l’a oublié et trouve maintenant ces méthodes honorables.
    Ce qui est choquant c’est de lire des commentaires trouvant cela normal.
    Et bien non! Ce n’est pas normal.
    Il aurait été suffisant de simplement condamner ces actions ou au moins ne pas les cautionner et on n’en parlait plus au bout de quelques jours.
    Le soutient inconditionnel à cette pauvre fille m’inquiète. Aurait-on perdu tout pouvoir de juger, devrait-on tout accepter parce que c’est le syndicat qui le demande?
    Est-il si difficile de critiquer un acte intolérable sous prétexte qu’il servirait la cause?
    Reveillez vous ! Indignez vous !

Publiez vos réflexions