Exploration du quotidien & enquêtes sauvages

The Day That Margaret Thatcher Dies!

| 8 avril 2013 |

Commentaires: 10

Indiscutablement, la baronne Margaret Hilda Thatcher a marqué l’histoire de son pays et du monde. Mais bon, ça ne veut pas dire grand chose de précis : et on va vous épargner les listes de ceux qui en ont fait autant au siècle passé… Alors aujourd’hui qu’elle « nous a quitté » – selon la formule consacrée – il va y avoir de la réaction qui tranche. Dans ce genre de circonstance, nous sommes-là pour aider les âmes émues, d’une manière ou d’une autre, à se soulager de ce qu’elles ont sur le cœur. Tout ce qu’elle ont sur le cœur… 

Pour certains d’entre vous, en guérissant les britanniques du socialisme, celle que vous appelez affectueusement « la dame de fer » a contribué à ramener toute l’Europe à la raison. D’ailleurs que ce cache-t-il derrière ce fameux acronyme TINA (There Is No Alternative) dont elle est la mère sinon le fait que la politique est une affaire d’intelligence et d’expert – et pas un truc à palabre infinie au parlement ou même pire sur les places publiques.

Aujourd’hui, vous êtes triste, vous avez perdu une sorte un phare dans la tempête : Miss Maggie, indéfectible alliée de Ronald Reagan avait quand même réussi à provoquer les prémisse de la chute du mur de Berlin – et tout ça en gardant un brushing toujours impeccable. Si ça ne force pas le respect…

Pour vous recueillir un long moment, nous vous proposons de ré-écouter la substantifique moelle de sa pensée politique :

Pour tout les autres, ceci pourrait vous aider à faire la fête (mais avec respect, hein… pour les mineurs du Yorkshire, par exemple) :

Collection Enquêtes Sauvages

10 commentaires

    • mais bien sûr que si que vous en avez besoin! Jeune freluquet, va.
      D’ailleurs, dans une société idéale, il faudrait que vous soyez contraint d’écouter cette ode à la liberté…

    • Mon cœur pleure et des larmes coulent (en dessous de mes lounettes noires).
      Que ces exultations de marxistes-léninistes et de supporters de foot cessent immédiatement!
      Ah, à mon époque, on avait du respect. Si je n’étais pas si mort, je t’emmènerais tout ça faire un tour en avion moi…

      • Vous savez à votre époque il y en avait du respect du capitale… pas des personnes! Et cela a bien coopéré à la création et récreation de ce monde pourri pour l’argent et le capital qu’on vis aujourd’hui… Marxiste-léniniste, supporteur de foot, anticapitalistes, altermondialistes… allez ! allez bruler la tombe de cette sainte du corporatisme et de l’économie sans visage !! Je répète ! Qu’elle pourris dans l’enfer !

  1. À l’heure où tout le monde aime se palucher sur « la crise » je comprends que les gens regrettent une femme qui avait « de la poigne ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi

l'entonnoir

- 19 août 2014

D'une Certaine Gaieté

- 1 décembre 2021

podcast

- 16 mars 2020